face to face

Château Béhèré, un petit domaine de Pauillac très très convoité……

Pauillac, la terre promise du cabernet-sauvignon

La topographie de Pauillac est marquée par la succession de nombreuses croupes de graves morcelées par des cours d'eau perpendiculaires à l'estuaire. Un réseau hydrographique important pour la qualité des sols puisqu'il constitue un système efficace de drainage.

Le cabernet-sauvignon trouve à Pauillac une terre bénie dont le climat et les grands sols de graves induisent une maturation du raisin parfaitement aboutie. Il est plus présent dans cette commune car ces sols de graves (graves garonnaises anciennes du quaternaire dites Günz) y occupent une surface importante. Sur ce type de sols, il exprime toute sa noblesse, sachant qu'il s'y trouve à la limite nord de sa zone de maturation. Le merlot est planté davantage sur les parcelles plus argileuses, riches et fraîches. (La revue du vin de France, mars 2011)   

L'histoire du château Béhèré

L'aventure des Camou débuta en 1984 par l'acquisition de 30 ares qu'ils prirent en fermage et qu'ils enrichirent d'autres fermages jusqu'en 1988, date à laquelle ils reçoivent 75 ares en métayage des parents. Ils achèteront enfin leur première parcelle en 1989! Durant toute cette période, ils porteront l'intégralité de leur production à la cave coopérative de Pauillac et Mr Camou fait ses premières armes en viticulture en travaillant chez Lynch-Bages. Le premier grand changement survient en 1991 quand ils décident de vendre une partie de leur récolte à une importante maison de négoce. Et enfin en 1993, ils prennent leur sort en main et vinifient leur vin pour leur propre compte tout en continuant d'acheter de nouvelles parcelles. En 1994, ils investissent dans leur chais, notamment en achetant les meilleures barriques et banissent définitivement ce qui pourrait nuire à la qualité.

1995 sera leur premier beau beau vin et 1996, millésime exceptionnel à Pauillac les met définitivement sur la voie du succès! Une dégustation à l'aveugle confondera d'ailleurs leur vin avec un premier cru classé! Ensuite, Ils acquièrent encore une parcelle au nez et à la barbe de la baronnie...!

Alors, pour y aller, c'est facile...Château Béhèré se situe à Le Pouyalet, hameau de Pauillac qui se trouve au delà du célèbre village sur la route de St Estèphe. A l’entrée du bourg, au premier croisement, vous prenez un petit chemin à gauche qui vous mène dans les vignes de Mouton-Rothschild et vous tombez sur la demeure des Camou.

On ne peut imaginer voisinage plus proche et prestigieux, pour ce petit domaine! Cru Artisan, le château Béhèré est au cœur des plus grands crus de l’appellation Pauillac.

Les 4.75 Ha sont morcelés entre Mouton-Rothschild, Lafite-Rothschild, Pontet Canet, Latour, les deux Pichon Longueville…etc, soit majoritairement sur les meilleures croupes graveleuses du monde viticole .

Au château Béhèré, la vinification est faite sans artifices, dans le respect des méthodes traditionnelles: en cuve inox thermorégulée par cépage, le vin ensuite est élevé en fût de chêne, douze à seize mois en barriques dont 30% neuves.

L'encépagement est: 68% Cabernet-sauvignon, 30% Merlot et 2% Petit-Verdot

Alors, aujourd’hui, que l’heure de la retraite sonne pour le couple Camou, les voilà très courtisés par les agents immobiliers qui viennent régulièrement les relancer pour la vente de leur domaine. Un jour viendra où leurs vignes feront probablement partie d’un prestigieux domaine et le nectar issu vendu à des prix qui dépassent la raison !

On peut dire à l'heure d'aujourd'hui, au printemps 2012, que l'intérêt pour le château Béhèré se mondialise...! Avis aux amateurs !

En attendant, les vins de Béhèré sont une authentique bonne affaire. Son terroir et ses vins sont une sorte de quintescence de l’appelation Pauillac. On y retrouve les caractéristiques de la célèbre appelation : puissance, sève, charpente tannique, élégance avec un bouquet délicat…. ! Un amateur de Pauillac ne peut laisser passer l’occasion !

Analyse du millésime 2009

 

P1000843.JPG


Le nez révèle un fin bouquet de résine de pin, poivre, et de notes empyreumatiques. La bouche révèle d’emblée sa puissance, sa structure bâtie d’une trame tannique charpentée de tanins fermes, serrés mais fruités, non austères. Côté aromatique, on est sur le même régistre aromatique que le nez sur un fond encore dominant de fruits noirs bien mûrs. Un vin net, droit, précis qui exprime bien son terroir.

A boire idéalement à partir de 2020. Si on le boit avant, le carafer au moins une heure à l’avance.


 

Graves garonnaises.jpg


Commentaires

  • Un domaine très méconnu et qui semble très convoité par sa position. Par les initiés surtout mais également par ses voisins pour des raisons finalement peu avouables. Cela fait bien longtemps que je n'ai pas tasté ce vin.
    Il semble que le Grand Jury Européen l'avait mis dans une de leurs dégustations à l'aveugle de vins de Bordeaux 2008, avec les plus grands noms mais aussi le vin de Patrick Grisard, Cornélie et Château Saint Saturnin à qui j'ai tous 2 rendu visite en début d'année.

    A bientôt,
    Emmanuel

  • Si tu veux leur rendre visite voici leurs coordonnées: 13, rue Paul Doumer à Pouyalet / Pauillac. Tel 05 56 07 95 50
    et mail: jean-gabrielcamou@orange.fr

Les commentaires sont fermés.