face to face

Château Chanteclerc, un autre petit cru de Pauillac...

Un ami de la région bordelaise (Pascal) m'a offert une bouteille de Château Chanteclerc 2004 lors de notre inoubliable rencontre d'avril.

Je ne connaissais pas ce micro domaine dont voici quelques informations recueillies ci et là: superficie de 0.4 Ha, des vignes quadragénaires sur graves profondes regardant la Gironde, situé sur le hameau de Le Pouyalet et qui serait une parcelle conservée par la famille Mirande lors de la vente en 2004 de Ch La Fleur Millon à Philipinne de Rothschild.

L'encépagement est traditionnel: majorité cabernet sauvignon, merlot et malbec.


Voici l'analyse du millésime 2004:

 

P1000883.JPG

Le nez racé révèle un fin bouquet de notes boisées, résineuses, empyreumatiques sur un fond de fruits noirs.

L’attaque en  bouche dévoile d’emblée une matière riche, assez charnue et déjà assez ronde. Côté aromatique, on est sur les fruits noirs avec des notes de réglisse, de cuir, avec un fond de  séquences végétales. Les tanins sont perceptibles, non austères, ils tapissent en finale le palais d’un fin voile suave. Laissons le temps aux tanins de s'apprivoiser et buvons le idéalement à partir de 2016. Rigolant

Commentaires

  • Génial ! Merci beaucoup pour l'analyse ! :) Marie

  • Hello, je suis ravie que ma cuisine vous plaise et honorée pour le lien, j'ai fait de même parce que chez nous on ne mange jamais sans boire et les avis de personnes éclairées me sont précieux.
    Malgré de récurrents et persévérants efforts (bon, pas tant que ça) pour m'améliorer en matière d'oenologie, j'en reste aux balbutiements. La lecture attentive de quelques livres dont "le vin, pour les nuls" m'ont permis de retenir l'essentiel, on a le droit de dire : j'aime ou j'aime pas. Je ne m'en prive pas sans oser risquer quelques analyses plus fines. Il faut dire que depuis 8 ans dans différentes îles, nous n'avons pas forcément l'embarras du choix et notre commentaire se résume souvent a : il n'a pas supporté le voyage. Les containers et les différences de température à l'intérieur de ceux-ci sont assez fatales à la qualité du breuvage à l'arrivée. Mais il arrive que l'on tombe sur des perles. Bref, nous attendons notre rentrée en France pour continuer à améliorer notre culture.
    Pour ce qui est du chocolat, ma madeleine et mes souvenirs sont rattachés à la chocolaterie Menier à Noisiel, proche de chez nous, racheté à ma grande désolation de petite fille par Rowntree Mackintosh, ça sentait toujours le chocolat mais moins bon. Et je suis preneuse d'histoire sur le chocolat Côte d'Or (qui n'est pas mon préféré et ici il est hors de prix, le chocolat comme le vin et le thé sont surtaxés).
    Cordialement, à bientôt, Boljo.

Les commentaires sont fermés.