face to face

Cercle oenologique "La Moinette" - Page 2

  • Virée en Bourgogne (11-13 Nov 2011)

    1. Le Terroir bourguignon, des racines, des pierres et des vins

        Le vignoble de Chablis

    2. Programme de la virée

    3. Photos

                                                 ____________________________________________

    LE TERROIR BOURGUIGNON….Des racines, des pierres et des vins!

     

    La notion de terroir prend ici tout son sens et fait figure de référence dans le monde du vin tant elle véhicule des valeurs d’origine, d’authencité, de tradition, de typicité et de travail.

     

    Le terroir est un concept large englobant plusieurs facteurs: d’abord naturels “l’agro-terroir” caractérisé par des éléments géologiques et pédologiques (texture, granulométrie,épaisseur, nature minéralogique, composants chimiques), topographiques (altitude, pente, exposition), climatologiques (pluviométrie,t°,ensoleillement).

    On peut dire qu'ici, la notion de terroir est aboutie, presque achevée car au delà de la notion d'agro-terroir, on peut y ajouter une énorme dimension humaine, le travail de ces hommes qui depuis le moyen-âge ont mis en valeur le terroir par la domestication de la vigne, son observation, par l' étude de l'adaptation des cépages et donc ont jeté les bases de la viticulture d'aujourd'hui. On peut parler d'un terroir qui a 1000 ans d'histoire.

     

    Le terroir représente la fondation dans l’édifice du vin, la base de la pyramide.C’est en effet par le terroir que tout commence et c’est celui-ci qui va imprimer la personnalité, la spécificité,l’originalité au vin. On évitera de parler d’une quelconque influence du terroir sur la qualité du vin car celle-ci dépend du facteur humain, c’est en effet l’homme qui fera en sorte qu’un vin sera de qualité ou non. 

     

    On peut aussi intégrer à ce concept multi factoriel du terroir, la  notion “d’adéquation du cépage au terroir”.C’est en quelque sorte le 2ème niveau de la pyramide. Dans la construction de la notion de terroir, l’homme se pose la question: “Quel est le meilleur cépage pour mon terroir ?   

     

    Quelle est l’unité géologique de la Bourgogne ?

     

    Le socle du terroir est constitué avant tout du sol et du sous-sol dans lequel la vigne puise ses substances nutritives et compose l’alchimie secrète des couleurs, des arômes et des saveurs.

    Pour expliquer la géologie du terroir bourguignon, il faut remonter le temps……

     

    1. A l’ére primaire (au delà de – 250 Ma d’années): socle cristallin (granit) d’origine volcanique non visible aujourd’hui en Bourgogne sauf dans le Morvan et le Beaujolais.

    La France est sous un climat tropical, elle se situe au niveau du Maroc actuel car la dérive des continents est encore loin d’être achevée. Sous ce climat tropical, la region voit s’avancer par l’est une mer chaude et agitée.

    2. A l’ère secondaire (de -250 à -65 Ma d’années – périodes du trias, jurassique et crétacé): la mer a pratiquement recouvert toute la region. Ces mers chaudes et peu profondes vont être propices au développement de plates formes carbonatées semblables à celles que l’on voit se créer aujourd’hui aux Bahamas.

    On entend par plates formes carbonatées, une étendue marine, souvent peu profonde, propice à la formation de roches calcaires soit:

    • sous formes de récifs construits, de type corallien
    • par accumulation de coquilles de tailles très diverses, de fragments d’organismes
    • par la formation de boues calcaires qui dans des conditions spécifiques, calmes ou agitées, vont être favorables à la cristallisation du carbonate de calcium.

     

    La pierre de Bourgogne trouve son origine dans l’action des courants sur une boue calcaire, de même que la farine roulée en billes donne la semoule. Cela  provoque la formation de petites sphérules, les oolithes autour d’un grain de sable ou d’un fragment d’organisme. De tels calcaires sont aujourd’hui exploités dans la région et fournissent la pierre de Bourgogne (Pierre de Comblanchien par exemple dont l’épaisseur attaint 50 mètres et qui date de l’époque du Bathonien, il y a environ 165 Ma).

    Au cours de l’ère secondaire, se déposera donc un millefeuille (qui peut aller jusque 1000 m de profondeur) composé de +- 8 couches superposées de compositions différentes suivant la climatologie, la hauteur de la mer, etc….On trouvera des marnes et argiles, des calcaires siliceux compacts et durs, des calcaires marneux plus tendres.

     

     

     

    3. A l’ère tertiaire (de -65 Ma à -2 Ma)…Les éres du tertiaire et du quaternaire vont modeler le paysage.

    La mer a commencé à se retirer définitivement à la fin de l’ère secondaire  et laisse une stratification horizontale.

    Le tertiaire commence par une érosion importante toujours sous un climat chaud et humide.

    Ensuite, c’est le début d’importants mouvements tectoniques.

    Sous l’effet de la surrection des Alpes, la croûte terrestre sous contrainte compressive

    va se lézarder par endroit jusqu’au bassin parisien et de nombreuses failles surtout nord sud, vont apparaître de Dijon à Marseille. S’ensuit alors une période de détente de l’écorce terrestre qui va engendrer des effondrements au niveau de chaque faille.

    Au niveau de la Bourgogne, une série d’effondrements va former un ensemble de marches d’escaliers, de la marche la plus haute dans la Morvan jusque la dernière marche, la plus basse: la plaine bressanne.

     

     geo Bourgogne.JPG

     

     

     

     

    dyn009_original_300_243_pjpeg__1f1044f97349d037294972e91410dfb0[1].jpg

       blocs1[1].gif

     

    4. A l’ère quaternaire (-2Ma à nos jours)

    Au quaternaire, de tropical le climat est passé à des phases glaciéres; ce qui donnera la touche finale au paysage en modelant les vallées, en adoucissant les reliefs par le jeu du gel et du dégel.    

     

    Premières conclusions géologiques

    Résumons, on sait que:

    • la géologie du sous sol bourguignon ressemble à un mille-feuilles de sediments majoritairement calcaires …
    • nous sommes en présence d’un vignoble de rebord de faille
    • sur ce rebord de faille, apparaissent les strates de la période du jurassique sur lesquelles sont implantées les vignes.

     

    Mais au delà de ces éléments de base, comment explique-t-on les différences hiérarchiques entre les différents climats, les differences entre les appellations et enfin les differences entre la Côte de Beaune et la Côte de Nuit.

     

    Ce vaste mille-feuilles qui s’étend de Dijon à Chagny ne présente pas une structure parfaitement homogène.

    • En effet, si on pouvait embrasser la Côte d’un seul coup d’oeil, on distinguerait 2 larges ondulations: l’anticlinal de Gevrey-Chambertin et le synclinal de Volnay. 

    untitled.JPG

    Au sein de la période du jurassique (toujours représentée en bleu en géologie), il y a des époques différentes représentées par des nuances de bleu différentes; dans la Côte de Nuits, on est plutôt dans le jurassique moyen (calcaire à entroques en sous-sol et marnes à huîtres comme sol) tandis qu’en Côte de Beaune, on est dans le jurassique supérieur qui comporte 3 assises de calcaires différents (calcaires durs de l’Oxfordien, marnes de l’oxfordien moyen,et calcaires marneux)  

    Géologie Bourgogne.jpg

    Comment explique-t-on les differences entre les différents niveaux d’appelation d’origine ?

     

    Dans les sols des villages de la Côte, un certain nombre de caractéristiques physiques (pente, pierrosité, teneur en argile, calcaire total) a été analysé et rapproché des niveaux de qualité.

    Ces critères ont été choisis pour leur intervention dans les possibilités de drainage du sol.

     

     

     

     

    AOC Village

     

    AOC Bourgogne

     

    AOC Premier Cru

     

     

     

    AOC Grand Cru

     

     

     

     

    Pierrosité

    < 5%

     

    5-40%

     

     

     

     

    Pente

    1.50%

     

    5-20%

     

     

     

     

    Teneur en calcaire

    < 10%

     

    10-20% (jusqu'à 40-50%)

     

     

     

     

    Altitude

    < 250 m

     

    250-300m

     

     

     

     

    Profondeur du sol

    Très profond

     

    Peu profond

     

     

     

     

     

     

    Les terroirs à vins fins doivent posséder les meilleurs facteurs favorisant le drainage interne du sol, excluant toute humidité pendant les périodes végétatives de la vigne et de maturation du raisin, dans un contexte climatique optimum.

     

     

    3528[1].jpg

     

       

    Qu’est ce qui différencie un Grand Cru d’un Premier Cru, ou tout simplement les Premiers Crus entre eux……???

     

    Le milieu idéal (terroir et microclimat) pour obtenir un vin de grande qualité est celui où sont réalisées les meilleures conditions physiques de maturation progressive du cépage, milieu qui assure, dans le vin, l’équilibre des constituants du “corps” et conserve les substances responsables du bouquet.

     

    Aucune étude, jusqu’à présent n’a permis de séparer les grands crus des premiers crus,au niveau purement géologique.

     

    La mosaïque des sols et de microclimats justifie le decoupage des parcelles, la perméabilité des sols, leur profondeur, la pierrosité, la teneur en limon sont autant de paramètres qui peuvent changer très vite et qui jouent sur l’expression du cépage.

     

    Bernard Dugat du Domaine Dugat-Py souligne: “Les grands crus correspondent aux terres à la fois les plus chaudes, les mieux draînées, et les plus ventilées, là où la neige fond en premier. Ce sont en outre, des climats aux terres peu profondes composées d’éboulis et exposées à l’est, cad aux rayons les plus doux et les plus bénéfiques du soleil levant. Les grands crus de Gevrey-Chambertin, tous installés sur la roche-mère, ne sont ni trop hauts ni trop pentus, car les meilleurs limons excellents pour la vigne sont sur les méplats (surface un peu plus plane sur la pente)”

     

    Jacky Rigaux, expert du terroir bourguignon, ajoute: “Cela peut tenir à quelques cm d’épaisseur de terre, quelques cailloux ou un courant d’air. Les plus grands climats sont sur les coteaux exposés plein est, à la pierrosité parfaite. Les raisins reçoivent le soleil le matin, et bénéficient la nuit de la chaleur des cailloux emmagasinée le jour.”

     

     

    Bibliographie

    Les terroirs du vin de Jacques Fanet

    Terroirs de France de Charles Pomerol

    Le tour de France d’un géologue de François Michel

    Les terroirs viticoles de JCl Hinnewinkel

    Les terroirs viticoles de Emmanuelle Vaudour

    La Bourgogne www.vins-bourgogne.fr

    La Revue du vin de France

    Grand atlas des vignobles de France de Benoit France                                                     

     

    LE VIGNOBLE DE CHABLIS

     

    Géologie et relief

     

    1.   Le vignoble de Chablis fait partie d’une grande région naturelle française: le bassin parisien qui s’étend jusqu’au NE de l’Angleterre. Ce dernier est un vaste bassin sédimentaire, dans lequel se sont accumulés des dépots marins (alternance de couches de calcaire dures et tendres)pendant plus de 200 millions d'années sur le socle ancien.(-250 MA à -50 MA).

     

    2.   Sous le poids des couches successives de sédiments, le bassin n'a cessé de s'enfoncer en son centre. Au milieu de l'ère tertiaire (-50 MA), le bassin en coupe géologique se présente comme une pile d'assiettes de grandeurs différentes empilées les unes dans les autres sur un socle ancien très affaisé. Les strates horizontales de sédiments sont donc devenues des strates incurvées, ce qui explique que les sédiments du jurassique moyen et supérieur affleurent à Chablis.

     

    3.   Ensuite, des mouvements du plissement alpin entraîneront des compressions qui soulèveront davantage les couches de sédiments, entraînant un pendage des couches géologiques  et permettront l'établissement de niches idéales à l'implantation d'un vignoble de qualité. L’érosion parachèvera le paysage en formant des « cuesta » (ou côtes) ; ce sont les sortes de crêtes représentées dans la coupe géologique ci-dessous et qui sont visibles car on parcourt l’autoroute de Reims à Dijon.

    dyn010_original_450_335_pjpeg__cde762c4d4ae73a4360f40f89f7ed507[1].jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    coupe_bp[1].jpg

    Chablis 2.jpg

    chablis.jpg

     

     

    Le Chablisien repose donc sur un système géologique : le jurassique terminal. Les calcaires issus se sont formés dans une mer peu profonde et chaude et très riche en carbonates 

    Les 2 dernières époques concernées pour le jurassique terminal sont : 

    ·          Le Kimméridgien (-146 à -141 MA) se divisant lui-même en 2 étages : le Kimm inférieur et le Kimm supérieur qui sont légèrement différent dans leur composition de marnes et de calcaires marneux. Le niveau de la mer est bas et la terre n’est pas loin, d’où les apports de marnes ou calcaires marneux avec des dépôts de petites huîtres qui n’aiment pas vivre dans les grandes profondeurs.(Exogyra virgula)

    dyn005_original_640_480_pjpeg_2650871_e24f1db4a72e066d45089c00d17f120f.jpg

     

    ·          Le portlandien (-141 à -135 MA) qui est le siège de la dernière hausse marine. La mer est plus profonde et les apports terrestres plus rares d’où les calcaires durs, non marneux avec d’autres fossilles aimant les eaux profondes (ammonites)  

    Par ailleurs, la rivière Serein a profondément échancré les sédiments calcaires, organisant les coteaux de Chablis en un vaste V ouvert vers le sud sud-est. 

     

    A la fin du portlandien, la mer se retire définitivement du chablisien laissant la place à son histoire continentale  qui va modeler les paysages actuels par l’érosion.

    La poussée des Alpes va se répercuter dans le chablisien en fissurant les roches dures du portlandien et non les calcaires marneux plus tendres.   

    Les vins de Chablis 

    ·          Encépagement : 100% Chardonnay 

    Le chardonnay règne en maître absolu dans le chablisien. Les terrains marneux  du kimméridgien, conjugués à un climat septentrional , lui confèrent vivacité et minéralité: une acidité marquée, en équilibre avec les le corps et les arômes de pierre à fusil bien différents des notes miellées ou beurrées, noisettées des vins blancs de la Côte d’Or.  

    La « Minéralité » concept bien exploité par la communauté chablisienne pourrait se traduire par une certaine dualité « Acidité-Salinité ». 

     

    ·          19 communes sont concernées pour un total de 4860 ha. 

                  Département : Yonne (ou Basse Bourgogne) 

    ·          AOC depuis 1938. 

    ·          Vendanges mécaniques autorisées mais manuelles en Grand Cru, dans les parcelles très abruptes.  

     

    4 appelations différentes :  

    1.      Petit Chablis: essentiellement planté sur les plateaux très pierreux du portlandien, souvent plus froids, situés en haut des coteaux (762 ha). Il se boit plutôt dans sa jeunesse. Son rendement est limité à 60 hectos/ha.

     

    2.      Chablis: est la plus grande des 4 appelations en termes de superficie (3218 ha). Plantées sur les coteaux marneux avec des expositions diverses. . Son rendement est limité à 60 hectos/ha.

     

    3.      Chablis Premier Cru: 775 ha récoltés sur les coteaux le long du Serein exposés au sud et à l’ouest. Ils encadrent les Grands Crus sur la rive droite ou leur font face sur la rive gauche. Vins de garde de –  10 ans ou plus selon le millésime. 79 climats représentent les 1ers Crus dont les principaux : Beauroy, Côte de Léchet, Fourchaume, L’Homme Mort, Mont de Milieu , Montée de Tonnerre, Montmains, Vaillons, Vaugiraut, Vosgros…etc

     

    4.      Chablis Grand Cru : 106 ha situés sur les meilleurs terroirs, les meilleurs coteaux de la rive droite du Serein uniquement sur les communes de Chablis et de Fyé.. Vin de garde 10-15 ans . Le rendement est limité à 54 hectos/ha. 

    7 climats qui dominent le village à l’exposition sud sud-ouest représentent les Gds Crus : Blanchot, Les Bougros, Les Clos, Les Grenouilles, Les Preuses, Valmur, et Vaudésir.  

     

    Les Grands Crus et les Premier Crus sont installés aux meilleures expositions  et sur les plus belles pentes de marnes kimméridgiennes recouvertes de  cailloutis de calcaires durs du portlandien, colluvions des sommets de la côte.  

    La proximité du Serein et la régulation liée au microclimat sont aussi primordiaux . 

    Les vins les moins expressifs dans leur jeunesse sont souvent ceux qui vieillissent avec le plus de bonheur. 

    Les vinifications avec bâtonnage en fûts, remontage en cuve , le recours aux lies confère à la fois et puissance.

     

     

     

     

    2. PROGRAMME DE LA VIREE

     

     

    Bourgogne Program.xls

     

     

    3. Photos

        Les viticulteurs

    Christophe Coillot, viticulteur à Marsannay et son épouse

     

    P1000531.JPG

    Les vins dégustés chez Ch Coillot: des vins gourmands, vinifiés sur le fruité exquis du pinot noir, de garde moyenne  :

    P1000530.JPG 

    Nicolas Ragot du Domaine Ragot à Givry en conversation technique avec Sylvain Fauvé, guide oenotouristique:

    P1000560.JPG

    Les vins rouges de Givry du domaine Ragot à Givry...Chez les Ragot, rien n'est laissé au hasard...on y fait bien les choses..!!

    P1000559.JPG

    Le chais de barriques du domaine Ragot:

    P1000562.JPG

    La cuverie inox du Domaine Ragot:

    P1000556.JPG

    Jean Claude Bessin, talentueux viticulteur à Chablis. Des vins fins et élégants, précis, nets, de belle concentration...une belle maîtrise technique!:

    P1000563.JPG

    Terroirs

    Le village de Saint-Romain, à cheval sur la faille entre la 3ème marche (la Montagne) et la 4ème marche, celle des Hautes-Côtes et de la Côte. En arrière plan, la falaise abrupte de calcaires durs du bajocien.

     

    P1000554.JPG

     

     

    P1000553.JPG

     

    L'église de Givry et les terroirs 1ers crus en coteaux:

     

    P1000557.JPG

    Les terroirs grands crus de Chablis au niveau de "Grenouilles" sur la rive gauche du Serein:

    P1000576.JPG

    Les cailloutis jurassiques de la corniche du portlandien sur les sols bruns calcaires , issus des marnes et calcaires argileux du Kimméridgien moyen et supérieur, sur le grand Cru "Grenouilles": 

    P1000573.JPG

    Le sol marno calcaire de la Romanée Conti:

    P1000543.JPG

    Les restos

     "Le Goret" à Beaune:

     

    P1000533.JPG

    A la "Ferme des Hautes levées" à Echarnant dans les Hautes-Côtes:

    P1000547.JPG

    Le plat de charcuteries issues de l'élevage de porcs Bio de la Ferme des Hautes Levées:

    P1000548.JPG

    Au "Bistrot des Grands Crus à Chablis":

    P1000578.JPG

    Espace Convivialité

    Myriam en compagnie du jovial et convivial patron du resto "Le Goret" à Beaune:

     

    P1000539.JPG

    Myriam et Jean-Louis à la Ferme des Hautes Levées:

    P1000551.JPG

    Retour illusoire d'une barrique du domaine Bessin vers Tourpes....:

    P1000566.JPG

    Notre talentueux et pédagogue guide oenotouristique Sylvain Fauvé.....:

    Dos à la Romanée Conti:

    P1000544.JPG

    A Chablis, au Grand cru Grenouilles:

    P1000571.JPG

    P1040872.JPG

    P1000577.JPG

     

    www.ateliervignevin.fr 

     

    Divers

    Des visages féminins ensoleillés de sourires....... 

    P1040875.JPG

     

     

  • Les vins blancs de la vallée du Rhône nord

                            Séance du cercle oenologique "La Moinette"du vendredi 15 juillet 2011

    Rhône nord.jpg

     

    Condrieu et le cépage Viognier

     Au pied du massif du Pilat, entre Côte Rôtie et Saint Joseph, s’ éparpille la centaine d’hectares qui compose Condrieu.

    Sur le granite de ces coteaux vertigineux, le viognier trouve un grand terroir, apte à donner naissance à des vins blancs capiteux.

     Géographie

    • Un archipel d’ îlots viticoles éparpillés sur 7 communes et 3 départements.
    • Les coteaux particulièrement pentus, recouverts d’arènes granitiques sont situés au pied du mont Pilat.
    • Vignoble situé à une altitude de +- 250 mètres.
    • Les expositions élevées sont privilégiées, là où le viognier brûle moins son acidité : maturité plus tardives, potentiel sucre/acidité mieux respecté et moins de stress hydrique.
    • Vignes plantées soit face au Rhône, soit sur les versants sud des cours d’eau qui entaillent le massif.
    • Exposition est, sud est, sud bien abrités des vents du nord.
    • Les pentes peuvent atteindre 50%, avec des sols peu profonds (moyenne de 50-60 cm). Vignoble non mécanisable 

     

    panoramique_2[1].jpg

     

    Appelation

    • +- 110 Ha exploités (sur 260 potentiels).En 1975, il n’y avait plus que 10 Ha exploités.
    • AOC depuis 1940
    • Rendements de 37 hectos/Ha

     Climat 

    • De type continental modéré (dit « lyonnais »): Hiver tempéré, été chaud et sec, pluies régulières au cours des autres saisons surtout d’août à novembre.
    • Les gelées printanières sont rares.

     Géologie 

    • Situé sur les contreforts du Massif Central, le sous-sol est essentiellement constitué de roches métamorphiques de l’ère primaire, de la famille des gneiss. L’altération de ces roches a donné naissance à des sols sablo-argileux friables, uniquement retenus par des murets.

            Ces sols donneraient des vins précoces et friands.

    • On trouve aussi des plateaux de loess (sols de particules fines minérales, de calcaire , de quartz et d’argiles transportés par les vents violents durant l’ère quaternaire)

            Ces sols donneraient des vins moins nerveux et fruités, plus aptes au vieillissement.

     

    Loess.jpg

      Sols de "loess"

    Cépage: le Viognier 

    • Cépage d’origine croatienne
    • Précoce, il atteint 13-14° naturels.
    • Présente souvent un déficit d’acidité
    • Résistant aux maladies, il affiche une aptitude moyenne au vieillisement.
    • Destiné aux sols plus secs, les moins profonds dans lesquels il atteint une bonne maturité tout en limitant le rendement.
    • Vignes disposées en échalas ou en palissage.
    • Etudes botaniques menées pour créer des souches plus tardives, avec davantage d’acidité naturelle, afin d’atteindre l’équilibre avec des degrés élevés.
    • Fermentation malo lactique pratiquée car l’acidité malique se marie mal avec les arômes du viognier.
    • Toute pratique entraînant une chute de l’acidité est bannie (surmaturité, apports excessifs en potasse, ou macérations pelliculaires )
    • La finesse en arômes primaires serait plutôt l’apanage du nord de l’appelation. Au sud, ils seraient plutôt massifs, monolithiques, exubérants sur la pêche et l’abricot, moins minéraux et moins acides que ceux du nord.
    • Caractéristiques organoleptiques : 

            * Le nez est floral et fruité à la fois, mariant l’aubépine, la violette, l’acacia et l’abricot.

            * La bouche est ample et ronde, avec des arômes de compote de fruits jaunes (pêche et

              abricot)avec une finale épicée et fraîche.

    Cépages Roussanne et Marsanne à Crozes Hermitage, Hermitage,

    St Joseph et St Péray.

     Le cépage Marsanne

    • Cépage vigoureux et généreux
    • Apprécie les terrains peu fertiles, chauds et caillouteux
    • Donne des vins puissants, peu acides, gras, peu expressifs mais évoluant favorablement ; il faut la vendanger très mûre pour obtenir des vins onctueux.
    • Ce cépage est présent dans la vallée du Rhône, en Provence et en Languedoc.
    • Caractéristiques organoleptiques :

            * Le nez est fait de parfums légers de fleur blanche (acacia), de miel d’épices, de fruits    blancs, de fruits secs.

            * La bouche est ronde, peu acide. On retrouve les mêmes arômes qu’au nez avec souvent des notes grillées de l’élevage en chêne. 

    Le cépage Roussanne

    • Cépage de vigueur moyenne
    • Se plaît sur sols :

            * chauds, caillouteux et bien draînés

            * maigres de coteaux

            * limoneux calcaires caillouteux

    • Donne des vins élégants, délicats, complexes et de grande finesse.
    • La roussanne trouve son terroir d’élection dans la vallée du Rhône mais aussi en Savoie où elle s’appelle « Bergeron » dans l’AOC « Chignin Bergeron ».
    • Caractéristiques organoleptiques :

             * Nez fin et intense, fait de nuances d’aubépine, de fruits jaunes (pêche, abricot) et de miel.

             * La bouche est grasse et ample, avec une bonne acidité qui garantit une bonne garde.

           Les 2 cépages sont généralement associés dans le Rhône nord.

            Autres appelations en blanc du Rhône Nord 

    • Crozes Hermitage

             * Situé sur la rive gauche du Rhône.

             * Les vins blancs ne représentent que 10% de la production totale

             * Ils sont produits sur les terres blanches calcaires de Crozes et de Mercurol ou sur les solssableux de Larnage. 

    • Saint Joseph 

              Situé sur la rive droite du Rhône, cette appelation s’étend sur 60 Km. Ce vignoble plante  sesracines dans la bordure orientale du Massif Central et se niche dans les sites climatiques les plus favorables exposés sud sud-est.

              * Marsanne et roussanne sont souvent implantés sur des terrains meubles, en particulier les plateaux constitués de « loess »  (région de St Désirat - Andance)    

              * On les trouve aussi sur des sols plus graveleux de terrasses anciennes du Rhône, plus profondsdonnant du gras aux vins. 

    • Saint Péray 

    Situé face à Valence sur la rive droite du Rhône, l’appelation jouit d’un microclimat plus froid.

    La production est surtout axée sur les vins blancs de blancs en méthode traditionnelle. 

         * Marsanne, souvent majoritaire associée à la roussanne est installée sur des éboulis calcaires associés à des loess.

          * Dans la vallée du Mialan, la vigne a aussi colonisé des replats surélevés constitués d’alluvionsquaternaires d’origine glaciaire.  

    • Hermitage 

    800px-Hermitage_from_Tournon_P1420064[1].jpg

    Dominant le Rhône, la colline de « l’Hermitage » conjugue un climat quasi continental avec des étés chauds et des hivers froids, un bon ensoleillement (+- 2300 h/par an)et 3 profils géologiques : sols granitiques, sols de loess et terrasses du Rhône (argiles, cailloutis et calcaires). Le vignoble de l’Hermitage est à classer parmi les plus importants de France; de plus, elle est la seule appelation de la région dont les vins blancs sont aussi réputés que les vins rouges. 

                   Le vignoble se situe entre 125 m et 320 m d’altitude.

                   Il est organisé en terrasses qui optimisent l’exposition avec de fortes pentes pouvant atteindre 40% .

                   Rendements de 37 hectos/Ha

                   La fermentation malo lactique est systématique afin de préserver le gras et le volume des 2 cépages blancs.

                   Les cépages blancs sont situés sur les sols de loess souvent situés sur des replats en haut decôteaux et sur les sols des terrasses du Rhône de grande diversité avec de haut en bas:argilerouge, des cailloutis, des sols calcaires sur colluvions, ou encore sablo-caillouteux ou argilo-caillouteux. Ces sols de terrasses peuvent convenir aussi bien aux blancs qu’aux rouges.  

               Les vins blancs sont très originaux, particulièrement aromatiques, amples, gras, équilibrés etdont l’acidité est en retrait.. Ils sont associés à des plats riches aux goûts complexes.  

     

    Vins à déguster (*)

    8 vins sélectionnés par Frédéric Hérédia, caviste "Syrah et Compagnie" de Tain L'Hermitage.

     

    P1000477.jpg

     

    Crozes Hermitage Philippe et Vincent Jaboulet 2009  - 100% Marsanne – 13€ 

     Au nez, des arômes primaires floraux et fruités (poire). La bouche est vivace,fraîche, anisée en fin de bouche. Globalement de la finesse mais peu de profondeur. 7/10

    Crozes Hermitage Gilles Robin « Les Marelles » 2009 – 60% Roussanne - 40% Marsanne de Vieilles Vignes – Sols alluvionnaires du quaternaire – 14€   

    Le nez est assez complexe, des arômes fruités type poire, fruits exotiques avec des séqences boisées et cire d'abeilles.La bouche est assez ample, harmonieuse,marquée par l'élevage mais sans dominance particulière. 7.5/10

    St Peray Bernard Gripa « Les Figuiers » 2009 – 60% Roussane & 40% Marsanne – 22€

    Le nez est sur les agrumes, orange confite et arômes tertiaires d'élevage en fûts.la bouche est complexe, toastée, noisette grillée sur un fond d'agrumes.Le tout est bien équilibré , harmonieux. 8/10

    St Joseph Pierre Gaillard 2009 – 100% Roussanne – Sols de sables légers de granits détritiques – Rendement 25 hecto/Ha – Fermentations alcoolique et malolactique en barrique à t° de 15-18°C – Elevage 7-8 mois en barriques dont 10% de barriques neuves - 18€

    Le nez sur l'abricot, la pêche blanche,les fruits jaunes.La bouche est charpentée,tendue, minérale, matière et puissance demandent un peu de vieillissement. 7.5/10

    St Joseph Guigal « Lieu dit St Joseph » 2007 –  95% Marsanne & 5% Roussanne – Vignes sur gneiss – Rendement 33 hectos/ha – T° contrôlée à 18°C -  Elevage 50% fûts neufs & 50% fûts de 1 an – 23.8€

    Bouteille à problème (oxydation,madérisation...) Non commenté. 

    St Joseph 2005 de Grippa (de la cave de Jean Louis)

    Le nez est d'arômes tertiaires, végétal, minéral. La bouche sur des arômes d'agrumes affiche d'emblée sa puissance, sa structure, son volume mais le tout compensé par une grande impression de finesse et de fraîcheur. 9/10 Rigolant 

    Condrieu François Merlin « La Jeanraude » 2008 – Rendement de 35 Hl/Ha – Vignes de plus de 60 ans – Elevage 70% en fûts - 35€ 

    Le nez est complexe: d'abord des notes d'abricot, de pêche mûre, de fleurs blanches et ensuite de la minéralité. La bouche est grasse, ample, profonde mais aussi élégante, fine et fraîche. Elle offre une grande variété d'arômes floraux et fruités et beaucoup de longueur. Délicieux! RigolantRigolantRigolant 9.5/10

    Condrieu Georges Vernay « Les Terrasses de l’Empire » 2009 – Terrain granitique – Fermentations en barriques de 20 Hl – Elevage en cuve inox et 10% en fût neuf - 39€ 

    Le nez est très floral, sorte de capture fractionnée des arômes pelliculaires du raisin.La bouche est volumineuse, ample mais dans un ensemble ciselé avec une finale épicée.Rigolant 9/10

    Hermitage Paul Jaboulet Ainé « Le Chevalier de Stérimberg » 2006 – 65% marsanne & 35% Roussanne – Sols argilo calcaires et sablo caillouteux – Rendement 30 Hl/Ha – Fermentations sous bois et élevage 10-12 mois - 53€ 

    Le nez est riche, dominé par de complexes arômes tertiaires (caramel,cire d'abeilles,résine de pin..). La bouche est chaleureuse, volumineuse encore dominée par les arômes boisés. A laisser vieillir!Sourire 8.5/10

    P1000479.jpg

     

    (*)La notation exprimée sur 10 est une moyenne hédonique du groupe de dégustation du club "La Moinette". On ne peut considérer qu'elle puisse être le reflet de la qualité globale d'un domaine, ni même de la qualité de la production du millésime goûté, étant donné la faible valeur statistique que représente une bouteille de 75 cl. 

    Pour avoir une idée plus précise de la qualité d'un domaine ou de la qualité d'un millésime, référez vous à la littérature des experts traditionnels comme Bettane-Dessauve, Parker, Hachette, La Revue du Vin de France...etc

     

     Prochaine séance: Les Saint Joseph rouges.

  • Madiran

                                                                              Séance du vendredi 6 mai 2011 

    Le paysage viticole

     

    madiran.1288042397[1].jpg

    Madiran est niché sur la rive gauche de l’Adour, lovée dans un coude que dessine ce cours d’eau descendu des Pyrénées en direction sud-nord et qui prend à partir de cette région la direction de l’ouest pour se jetter dans l’océan à Bayonne.

    Les paysages sont constitués par des lignes de coteaux parallèles orientés nord-sud, séparés par des vallées profondes.

    Le Madiran correspond à un paysage de collines, parsemé de vallées dysimétriques et de coteaux dont certaines croupes vont dépasser une altitude de 350 m.

    Ces échines sont séparées par des vallées dysimétriques: des versants ouest , longs et peu inclinés et des versants est, courts et raides.

    Elles sont marquées par des entailles qui créent des vallées secondaires aux versants sud, très précieux pour la culture de la vigne.

    Le vignoble de Madiran qui a la particularité de partager le même terroir avec celui de pacherenc de Vic Bihl, se répartissent sur 3 départements : le Gers, les Pyrénées Atlantiques et les Hautes-Pyrénées.

    Le 10 juillet 1948, les vins de Madiran et Pacherenc de Vic Bilh accèdent au Rang d'AOC. 

    sudouest_carte[1].gif

     

     

    Situation hydrographique du Sud Ouest (L’Adour en bleu foncé qui remonte du sud vers le nord et opère une courbe vers l’ouest).

    bassin_adour_gr[1].gif

     

    Le climat

     

    • Madiran, situé à 100 Km de l’océan et 50 Km des Pyrénées, jouit d’un micro-climat qui subit en même temps l’influence de l’Atlantque et des Pyrénées, plutôt tempéré et de type océanique.
    • Pluviométrie hivernale et printanière, limitée en été et en automne, et des tendances montagnardes sur les plus hautes croupes.
    • Ensoleillement de 1900 heures annuelles, automne lumineux.
    • Les fonds de vallée sont sensibles aux gelées qui peuvent être tardives.
    • Eté chauds et orageux (grêle!), automnes longs,chauds et secs
    • Climat moins doux sur les hautes croupes méridionales.

     

    Appelation

     

    •  Surface : 1350 Ha
    • AOC depuis 1948
    • Rendement moyen à l’hectare : 55Hl
    • Les A.O.C. Madiran (et Pacherenc du Vic-Bilh) concernent 37 communes.

     

     Les cépages

     

     Le tannat est le cépage qui donne sa typicité aux vins de l’appelation où il doit représenter max 80% et min 40% de l’ encépagement.

    C’est un cépage très vigoureux qui produit un vin robuste et charpenté à cause de son intensité tannique exceptionnelle, qui ne peut être apprécié qu’après plusieurs années de vieillissement. Il est riche en alcool et en acidité. Tardif, il supporte bien l’arrière saison

    Autres cépages : le cabernet franc et le cabernet sauvignon  qui apportent du fruité, et le fer servadou, cépage régional qui assouplit le vin et apporte de la fraîcheur. 

    Aujourd’hui, la tendance est à planter plus de tannat, choisir des porte-greffes et des clones moins vigoureux, augmenter la densité de plantation pour réduire la charge de raisin sur chaque cep et ainsi obtenir une concentration plus importante, mais aussi une maturité plus aboutie et donc des tanins mieux enrobés et soyeux.

     

    La géologie

     Les sols viticoles de cette région sont nés en conséquence directe du soulèvement pyrénéen. Deux phases essentielles de ce soulèvement ont marqué la morphologie et les types de formations géologiques rencontrées ici :

    • Le serrage contre la plaque européenne de la miniplaque ibérique prise, comme en sandwich, entre la première et la plaque africaine ;
    • L’épandage très vaste des produits de l’intense érosion qui a affecté la jeune chaîne en surrection. Cette seconde phase commence au début de l’ère tertiaire. Les produits de l’érosion ont commencé à s’accumuler d’abord au pied des Pyrénées, ensuite ils vont s’étaler de plus en plus loin. Au cours du quaternaire, les torrents descendus des Pyrénées ont continué à déposer le long de leur cours de vastes étendues caillouteuses(Villafranchien, puis terrasses quaternaires). Ensuite, les torrents et rivières (gaves) s’encaisseront dans les dépots tertiaires et quaternaires, les terroirs prendront la forme de lambeaux allongés parallèlement aux cours d’eau.

     

    • La topographie de la région de Madiran est caractéristique du bassin aquitain, dont le relief général est lié à un substrat molassique marno-calcaire tertiaire. Cette imposante masse de molasses dont l’épaisseur peut excéder 1500 mètres forme la plus grande partie des coteaux de Madiran.
    • Au dessus des molasses, on trouve une nappe alluviale ancienne à graviers, puis à galets du quaternaire.

     

    Sur les pentes douces, il y a un recouvrement de colluvions. Le terroir est donc constitué par les sols qui se développent sur ces roches mères.

    • Cette nappe peut être surmontée d’une couche de limons fins éoliens (loess). 

      ter_coupe[1].png

    Les sites viticoles autrefois situés sur les terres les plus pauvres ont colonisé les sols de boulbènes des longs versants est à partir des années 1960. Depuis la délimitation parcellaire de 1996, les viticulteurs abandonnent peu à peu ces sols hydromorphes. Ils leur préfèrent des sites de coteaux, mieux drainés et mieux exposés, en adéquation avec une production viticole de qualité dont l’image commerciale moderne est un vignoble de pente tourné vers le soleil. 

    La tendance est à vouloir agrandir les domaines en choisissant des coteaux en friche dont le sol et sous-sol sont prometteurs.

    Selon David Chauvaud, géologue et spécialiste de l’AOC de Madiran, les parcelles qui pourraient donner les meilleurs vins sont celles de sols maigres de coteaux à colluviosols à galets et de rendosols (= sol évolué sur sous sol calcaire), dont la pente serait de 10-15% et l’exposition au sud ou au sud-ouest.

    Madiran est le second vignoble à galets de France après Chateauneuf-du-Pape. Les gros galets à quartzite que l’on trouve à Madiran, facilitent le drainage, protègent la surface du sol de l’érosion, absorbent le rayonnement solaire du jour pour le restituer la nuit.

     

    La spécificité des vins

     

    • Les vins jeunes sont particulièrement riches en arômes de fruits rouges et noirs (cassis, mûre,groseille…), et possèdent une puissance tannique unique qui les rend peu accessibles.
    • Après vieillissement, les tannins se fondent et s’enrobent. Le vin développe alors des arômes élégants, caractérisés par des notes de pain grillé, de cacao et d’épices; complexité encore accentuée par le passage dans le bois.

     Les vins de Madiran se sont beaucoup affinés ces 15 dernières années, ils ont acquis du volume et du fruit.

    Globalement les vins issus de parcelles argilo-calcaires ont des tanins plus fins, plus soyeux que ceux issus des sols argilo-limoneux.

     

    Gastronomie

     Assiette de magret, un plat qui convient très bien au madiran.

    Le madiran est généralement servi à température ambiante (entre 14 °C et 16 °C l'excès de chaleur faisant ressortir l'alcool et les tannins), il peut être utile de le passer en carafe une heure ou plus avant de le déguster (selon millésimes et la catégorie).Il existe trois grands types de madiran : les tendances sur le fruit et pouvant être consommés jeunes, les traditions le plus souvent élevés en cuves avec très peu de « boisé » et les cuvées à forte proportion de tannat, sélections de parcelles et élevage plus long en barrique. Le madiran jeune met en valeur les viandes grillées, agneau, bœuf porc, magret de canard... ou confites : canard, oie, porc, cassoulet... Pour les ragouts et gibiers, les vins plus vieux sont mieux adaptés. En fin de repas, ces vins conviennent aux fromages des pyrénées : tommes de brebis , chèvre ou vache. Moins locaux, les cantal ou laguiole sont aussi des choix adaptés.En cuisine, le madiran est utilisé pour mouiller des viandes en sauce : daube de bœuf ou de sanglier, salmis de palombe locale, civets de gibier... Plus original, il sert aussi à cuisiner le saumon de l'Adour.

     

    Vins à déguster (*)

     

     

    P1000255(1).JPG

     

    Torus 2004 – Domaine Brumont – Sélection de vignes de moins de 15 ans du domaine / 8.25€

    La volonté d'Alain Brumont est d'élaborer avec Torus, l'entrée de gamme du domaine, un vin simple, plus populaire,plus gouleyant mais avec l'identité du tannat.

    Au nez le vin affiche des arômes de cerise confite, de griotte et même de caramel. la bouche est équilibrée, toute en finesse et élégance; les tanins sont fins et polis...le pari d'Alain Brumont est réussi. 7.5/10 

    Duprieur 2007 – Domaine Brana -  8€

    Au nez, on est sur des arômes de cerise griotte,de mûre et de sureau. La bouche est concentrée,gourmande,fraîche, harmonieuse.Les tanins sont ronds et fruités. C'est bon! 8.5/10Sourire

     Cuvée Meinjarre Fûts de chêne 2003 – Domaine Brumont

    Nez fin, fruits confits et évolution tertiaire: arômes de jus de viande et de cuir. La bouche est encore discrète, plutôt cerise confite et arômes d'élevage en futs. La structure est faite de tanins encore bien présents mais non austères. 8/10 

    Château Laffitte-Teston Vieilles Vignes 2006   100% tannat - Vignes de 70 ans - Elevage fûts de chêne durant 13 mois - 10.8€

    Au nez, encore un beau fruité de fruits rouges vanillés avec des séquences épicées. La bouche est dans l'ensemble très concentrée d'une matière dans laquelle tout est en harrmonie. La structure est charpentée de tanins sans aspérités. 8.5/10 Sourire

    Château Montus 2004 - Dom Brumont - 80% tannat et 20% CS - 25€

    Le nez est encore dominé par les fruits rouges confiturés avec des séquences de cacao. La bouche est concentrée sur un fruit croquant,tonique, de très grande élégance. La structure toute en équilibre est tissée de tanins fruités, mûrs non austères. 8.75/10  Rigolant

    Domaine Berthoumieu Cuvée Charles de Batz 2001 90% tannat 10% CS - 40 hecto/Ha - 18 mois d'élevage dont 12 en barriques neuves - 15€

    Robe presque noire. Nez complexe de torréfaction avec des séquences animales. La bouche est hyper concentrée, riche , une matière serrée,faite encore de fruit puissant; la gamme aromatique est dans le même régistre que le nez.Les tanins sont bien présents mais nobles. L'ensemble est encore d'une étonnante jeunesse.Un vin d'un style différent des précédents, éléboré pour 2 décennies. TB 8.75/10 Rigolant

    Château Bouscassé Vieilles Vignes 2000 – Dom Brumont - 21 €

    Le nez est déjà bien évolué sur des notes de torréfaction, végétales avec des séquences animales. La bouche est dans le même régistre mais assez courte et semble déjà loin dans son évolution. Le vin ne fait pas l'unanimité. 6.5/10

     Château Montus Cuvée Prestige 1999 - 100% tannat - 100% chêne neuf - Vignes situées sur les meilleurs coteaux de l'appelation - 41€

    Le nez est sur l'évolution d'arômes tertiaires, boisés, végétaux et balsamiques. La bouche est élégante, et dans le même régistre aromatique que le nez mais manque un peu de longueur. A l'aération, des notes de feuilles sèchées, de laurier se dégagent. L' arrière bouche se termine sur des tanins fins un peu suaves. Bizarrement,ça me rappelle certains St Emilion qui sont au même stade d'évolution. 7.5/10

    Conclusions:

    • Une dégustation d'un excellent niveau d'ensemble.
    • Le groupe a été séduit par les qualités sensorielles du tannat, cépage trop peu connu. Ses qualités aromatiques sur le  fruit rouge, sa finesse de grain, son élégance, sa fraîcheur; ses tanins plus soyeux que prévus nous ont vraiment séduits.
    • Les vins qui sont vinifiés sur le fruit, la finesse et l'élégance ne demandent probablement pas un élevage en fûts de longue durée de façon à préserver au maximum les qualités intrinsèques du cépage. 

       P1000253(1).JPG

    (*)La notation exprimée sur 10 est une moyenne hédonique du groupe de dégustation du club "La Moinette". On ne peut considérer qu'elle puisse être le reflet de la qualité globale d'un domaine, ni même de la qualité de la production du millésime goûté, étant donné la faible valeur statistique que représente une bouteille de 75 cl. 

    Pour avoir une idée plus précise de la qualité d'un domaine ou de la qualité d'un millésime, référez vous à la littérature des experts traditionnels comme Bettane-Dessauve, Parker, Hachette, La Revue du Vin de France...etc

    Prochaine séance: le vendredi 8 juillet: "Les vins blancs du Rhône nord"

     

     

     

  • Les vins rouges de Châteauneuf-du-Pape

     Séance du vendredi 14 janvier 2011

     

    chateauneufgrand[1].jpg

     Châteauneuf-du -Pape est un village du Vaucluse situé sur une hauteur dominant la rive gauche du Rhône, à 17 Km d'Avignon et 9 Km en aval d'Orange.

     Réputé pour la beauté de ses vins, Châteauneuf-du-Pape est certainement le plus grand terroir méridional de France.

     Sur ce terroir aux profils variés, les vins de Chateauneuf-du-Pape se sont forgés une réputation ancienne, critiquée toutefois en France dans les années 70-80 par des dégustateurs qui les jugeaient trop rustiques. Il faut attendre les années 90 et les notes de l’américain Robert Parker pour redorer leur blason. Leur notoriété devient alors internationale.

      

     Le vignoble

     

     3200 hectares

     5 communes (Châteauneuf,Courthézon, Bédarrides, Orange,et Sorgues)
       

     Le vin

     A.O.C depuis 1936.

      Rendement autorisé :  35 Hl/ha    

     Climat

     Méditéranéen.

     3000 heures d’ensoleillement par an (1560 à Lille) et 14°C de t° moyenne  annuelle.

     Pluviométrie annuelle faible, pluies surtout concentrées en hiver et redoutées en été car souvent accompagnées d’orages de grêle.

     Le mistral soufle 158 jours par en moyenne dont 100 jours à plus de 60 Km/heure.

      Les cépages

    Le grenache noir offre en appelation Châteauneuf-du-Pape ses plus belles expressions, associé à la syrah qui apporte couleur, gras et volume  et au mourvèdre qui apporte de la nervosité, de la fraîcheur.

    D’autres cépages sont également autorisés : cinsault, vaccarese, cournoise, le muscardin et le terret noir.

     
    Géologie  

       untitled.JPG

     Schéma extrait de « Les terroirs du vin » de Jacques Fanet

     

    La géologie du vignoble de Châteauneuf est à classer dans la catégorie des vignobles de » terrasses quaternaires », en l’occurrence dans ce cas, terrasses du Rhône. 

    Pour résumer la situation géologique, on pourrait dire :

    •  Au crétacé supérieur (-65 à –95 MA), une mer peu profonde recouvrait la région et dépose les calcaires urgoniens. Ainsi naquit le roche mère.(en vert sur le schéma) 
    • Avant le miocène (-24Ma), la vallée du Rhône est barrée par une série de hauteurs formées par les calcaires urgoniens. A Chateauneuf, ne subsiste que le quartier sommital dit Cabrières, aujourd’hui mélange de cailloutis calcaires qui sont des débris de l’érosion de cette barre calcaire  urgonienne et de galets. 

             La colline de Châteauneuf, est une île entourée d’une mer au fond de laquelle se déposent des  molasses sableuses et des sables qui recouvrent presque complètement les calcaires urgoniens.(en jaune pâle sur le schéma). C’est la zone des domaines La Gardine, Vaudieu au sud est de la cité. Dans ces sols, l’eau s’infiltre rapidement dans les calcaires urgoniens fissurés et le terroir est donc plus sensible à la sécheresse. 

    • Ensuite, on assiste à la formation des Alpes. 
    • Vinrent ensuite les 4 périodes glaciaires du quaternaire, alternées de radoucissements qui entraînent la fonte des glaciers alpins. Le Rhône qui prend sa source dans le massif alpin suisse ainsi que ses affluents vont se créer un passage et former la vallée du Rhône .  

     Ces fleuves vont arracher aux pentes des reliefs et transporter tout au long de leur cours des quantités considérables de matériaux qu’ils ont roulés, usés, érodés avant de les déposer, quand la pente devenait moins forte, formant de vastes étendues plus ou moins horizontales. Ces terrasses caillouteuses  constituent presque toujours des supports de choix pour les vignobles.      

    Les différentes glaciations ont ainsi donné naissance à Châteauneuf à 3 niveaux de terrasses constituées d’une matrice d’argile rouge et de galets roulés de quartzites; l’argile jouant le rôle de rétenteur d’humidité durant la période estivale.

    Le vignoble de Châteauneuf-du-Pape, est principalement installé sur 3 différents niveaux de terrasses caillouteuses depuis la plus basse (appelée Wurm –75.000 ans) jusqu’à la plus élevée qui domine la cité castel-papale.

    On retrouve les mêmes galets roulés sur les appelations de Lirac et de TaveL.

        

    chateauneuf-du-pape[1].jpg

      

    Les dépots du Rhône ont servi de référence mondiale à la classification des différents niveaux de terrasses quaternaires.

     On n’est pas dans la même configuration que dans le Médoc, où là, les dépots alluviaux ont la forme de croupes mais ici, plutôt la forme de lanières, globalement parallèles au fleuve.

    Vinification….à l’ancienne ou moderne ?

    On peut résumer la vinfication dite à l’ancienne par les principes suivants :

    • Eraflage inexistant ou partiel
    • Le grenache est le cépage incontournable et prédominant
    • Elevage en foudres

         La vinification moderne :

    • Eraflage partiel ou total
    • Le grenache est accompagné de façon importante par le syrah et le mourvèdre.
    • Introduction de l’élevage en fûts neufs.

    On a trop souvent à tort accusé la rafle de rendre les vins rustiques. Aujourd’hui, les avis sont plus mesurés sur ce point. Car en ôtant la rafle, les vins gagnent peut être en pureté de fruit les 1ères années, mais ils perdent ensuite en fraîcheur. Or seule la rafle, si elle n’est pas triturée, apporte fraîcheur et épices au nez. Enlever la rafle, c’est comme manger une cerise sans noyau. Le fruit est plus charnu et gourmand, mais on perd cette touche de fraîcheur que l’on ressent avec le noyau en bouche. Les parfums et les tanins de cette rafle ont été progressivement remplacés par ceux de la barrique. C’est un choix facile et séduisant mais les experts pensent que cela ne donnera pas au vieillissement autant de complexité au vin.

    L’espérance de vie d’un Châteauneuf

    Les Châteauneuf sont des vins surprenants d’élégance, aux parfums magiques, au toucher de bouche sublime. Ils sentent le fruit, les épices, la garrigue, parfois le cuir et, avec l’âge, la truffe. Dans leur jeunesse, c’est leur fruit gorgé de soleil que l’on savoure. Lorsqu’il est cultivé, vinifié et élevé avec habileté, le Châteauneuf est le plus grand vin de garde de l’Europe méridionale, grâce à son terroir exceptionnel.


    Vins à déguster (*)

    Les vins ont été sélectionnés par Claire-Lise de la cave Vinadea de Chateauneuf-du-Pâpe en fonction des critères suivants: vinification à l’ancienne (pas d’éraflage par ex) ou vinification moderne, terroirs différents, encépagements différents.

     

    Domaine La Barroche 2006  ( 66% Grenache – 15% Mourvèdre - 13% Syrah - 6% Cinsault ) Mélange de différents terroirs – Vinification moderne – Valeur montante de Chateauneuf selon la RVF – Elevage en fûts de 2-3 ans  / 31 €

    Le nez est de cerise noire,pruneau avec des séquences épicées. On retrouve les mêms arômes en bouche. La bouche ne manque pas de structure, ni de fraîcheur. Beau potentiel de garde,les tanins doivent s'arrondir (le côté un peu "piquant" des tanins dérangent certains?!) 7.5/10 

    Domaine Font de Michelle 2007  ( 70% Grenache – 10% Syrah – 10% Mourvèdre – Cinsault, Cournoise, Terret, Muscardin )  – Mélange de différents terroirs, Vieilles Vignes de 45 ans  – Vinification moderne - Elevage 16 mois en foudres et fûts de chêne de 2 à 5 vins / 23 €

    Le nez affiche un fruit généreux,rond et des notes de pruneau d'agen. La bouche esta ussi généreuse en fruit, avec des notes plus complexes de café et d'épices. L'ensemble est d'une belle puissance, flatteur, les tanins sont fourrés , si bien que beaucoup apprécient son côté immédiat. 7.5/10 

    Château Fortia Réserve 2007 ( 70% Syrah – 30% Mourvèdre ) Galets roulés – Elevage 18-24 mois en foudres, pas de barriques pour garder un certain fruité – Vinification moderne - Pas d’insecticide (confusion sexuelle) Fongicides classiques seulement si nécessaire / Désherbage mécanique /  25.5 € 

    Le nez est bien marqué par le syrah: floral,violette et fruits rouges délicats. La bouche est d'emblée marquée par une structure tannique au grain fin, elle est puissante, néanmoins  élégante et affiche un beau potentiel de garde. 8/10 

    Le Cros de la Mûre 2007 ( 90% Grenache - 5% Mourvèdre - 5% Cournoise )  – Vinification moderne - 0.5 Ha - Galets roulés –  Bio / 45 €

    Le nez affiche un fruit compoté, à la limite de la surmaturation. La bouche affiche des arômes dans le même style du nez, certains évoquent le porto. Elle est puissante, un rien abrupte et manque un peu de fraîcheur. Un peu déçu vu le prix!  6.5/10

      Domaine Mont Thabor 2006  ( 80% Grenache Vieilles Vignes – 15% Syrah – Mourvèdre Cinsault 5% ) – Galets roulés sur argile rouge sableuse – Vinification à l’ancienne - Elevage 2/3 en barriques – 1/3 en cuve / 17 €

    Le nez manque de netteté. L'attaque en bouche est assez astreingente, un rien austèrenvégétale, la structure est assez imposante et  demande de la patience avant de le consommer. 5.5/10 

     Domaine Les Cailloux 2006 ( Grenache – Mourvèdre - Syrah) – Galets roulés – Vinification à l’ancienne - Elevage 16 mois  / 20 €

     Un nez net de coulis de fruits rouge à la vanille.Une bouche distinguée, bien pleine,concentrée,harmonieuse faite de fruit rouge très pur et bien mûr. 8/10 

     Domaine Mathieu Cuvée Filebre 2005 ( 80% Mourvèdre – 10% Grenache – 5% Syrah – 5% Autres ) Vinification à l’ancienne – Argilo calcaire - Elevage 12 mois fûts neufs et d’un vin / 35 €

    Un nez floral avec des notes boisées bien intégrées. En bouche, l'attaque est d'abord tannique pour laisser place à une concentration pleine de fraîcheur, de minéralité et qui est encore sur la réserve. On est ici dans un style atypique pour Chateauneuf ,dû bien sûr à l'encépagement. 8.5/10

       Château de Beaucastel 2006   ( Grenache – Mourvèdre – Syrah ) – Galets roulés – Chauffage de la vendange en grains entiers à 80°C, refroidissement à 20°C, macération classique pdt 12 jours, Elevage en foudres de chêne de 4000 l pdt 1 an  - Rendements < 30 hecto/ha et tri drastique au chais / 52 €

    Le nez est riche, délicat et intense: du fruit mûr,réglisse,moka et chocolat. la bouche est d'emblée enveloppante,concentrée, volumineuse avec des arômes distingués de griotte bien mûre. Un ensemble de classe ,profond et distingué!Un vin supérieur de l'appelation digne de sa réputation. 9/10

    Une dégustation intéressante et qui marque l'évolution des vins de Chäteauneuf vers plus de finesse et moins d'extraction démesurée. On se démarque de la génération des Châteauneuf des années 90. Globalement, la dégustation est marquée par un style puissant, riche, équilibré. Le syrah et le mourvèdre apportent une touche de fraîcheur qui rééquilibre avantageusement l'ensemble. Probablement, un style plus uniforme au niveau de l'appelation et plus international, susceptible de plaire au maximum.

     

    (*)

    La notation exprimée sur 10 est une moyenne hédonique du groupe de dégustation du club "La Moinette". On ne peut considérer qu'elle puisse être le reflet de la qualité globale d'un domaine, ni même de la qualité de la production du millésime goûté, étant donné la faible valeur statistique que représente une bouteille de 75 cl. 

    Pour avoir une idée plus précise de la qualité d'un domaine ou de la qualité d'un millésime, référez vous à la littérature des experts traditionnels comme Bettane-Dessauve, Parker, Hachette, La Revue du Vin de France...etc

     

     

    Prochaine dégustation en mars: Les Madiran

     

     

     

     

     

     

     

         

     

     

     

     

     

     

     

     

     

  • Séance du vendredi 1 octobre 2010: Les Côte de Provence (Rouge et Blanc)

    Qui évoque les vins de Provence pense d’abord aux rosés. Logique, ces vins représentent 87% de la production et le vignoble provençal a fini par construire sa réputation sur cette couleur. C’est dommage, car les meilleurs vins rouges de Provence ont toutes les qualités pour se distinguer dans le large éventail des rouges du sud. Lorsqu’ils sont grands, les rouges provençaux combinent la richesse et la sensualité méridionales d’une part, une distinction et une fraîcheur d’autre part qui peuvent rappeler, au vieillissement, les grands crus du bordelais. 

    Le vignoble 

    Situé dans l’extrême sud de la France, grosso modo dans un triangle formé par Aix-en-Provence, Marseille et Saint-Raphaël (des Alpilles jusqu’au massif de l’Estérel).

    Départements concernés : le Var, les Bouches du Rhône et une enclave dans les Alpes Maritimes.

    Surface du vignoble : 20.500 Ha


    Les modes de production 

      Rendement autorisé : 55 Hl/ha (Rendement moyen : 47)     

     Le vin

      A.O.C depuis 1977.

       Rosé: 87% - Rouge: 10% -  Blanc: 3% 

      Climat

       Méditéranéen mais les différences, fonction du relief et de l’influence de la mer, sont importantes.

         3000 heures d’ensoleillement par an. (1560 à Lille)

         Pluies rares mais violentes et vents fougueux. 

    Les cépages

    Une palette de cépages variés est autorisée dans l’appelation : 

    En rouge (et rosé) 

    • Syrah: qui tend peu à peu à devenir le 1er cépage de cette région. Celui ci pourrait atteindre 80% d’ici 2015.Il donne des vins solides et colorés riches en tanins, au fort potentiel aromatique et au bon potentiel de vieillissement.
    • Grenache: confère des arômes de fruits rouges en jeunesse; des notes plus épicées et animales avec l’âge. Il apporte du gras au vin, de l’ampleur et de la puissance.
    • Cinsault: apporte au vin fraîcheur, finesse et fruité, nuançant la puissance des autres cépages. (largement utilisé en rosé)
    • Tibourien: spécifiquement local; surtout utilisé en rosé. Il apporte élégance, délicatesse, finesse d’arômes et riche bouquet.
    • Mourvèdre: adapté aux terroirs chauds et calcaires proches de la mer (voir Bandol). Dans sa jeunesse, il donne des vins charpentés aux tanins fins, avec des arômes de violette et de mûre.Plus tard, ses arômes se transforment en notes épicées, poivre et cannelle.
    • Carignan: Tend à se faire plus discret. Cultivé en coteau avec de faibles rendements, il donne des vins colorés et charpentés.         
    • Cabernet sauvignon: Peu répandu en provence, il apporte charpente tannique, puissante mais douce à la fois et une aptitude au vieillissement.
    • Counoise: adapté aux coteaux, chauds et caillouteux, il permet d’obtenir des vins fruités mais peu colorés.

       En blanc 

      •  Rolle (ou Vermentino en Corse et Italie) : Cépage d’origine ligure, cultivé depuis toujours en provence. Il donne des vins robustes aux parfums d’agrumes et de poire, gras et équilibrés, d’une grande finesse de corps et d’arômes.

     

    • Ugni blanc: Cépage d’origine toscane donne des vins clairs, fruités et d’une grande finesse.
    • Clairette: Cet ancien cépage provençal donne des vins aromatiques et bouquetés aux notes de fruits à chair blanche.
    • Sémillon: Apporte au vin de la puissance, du gras, de la rondeur.
    • Bourboulenc blanc / Grenache blanc / Sauvignon.   


    Géologie

    L’histoire géologique de la Provence, qui est dans le détail, particulièrement complexe, peut être résumée en 4 périodes principales.

    • Au cours de l’ère primaire (-540 à –245 MA) se constitue un vaste massif montagneux fait de roches cristallines. Ce socle est le siège d’une activité volcanique assez intense sur la partie est. Le massif de l’Estérel est le dernier témoin de cette période.
    • Au cours de l’ère secondaire (-245 à – 65 MA), ces montagnes sont érodées puis entièrement recouvertes par la mer : une épaisse couche de sédiments calcaires ou argilo-calcaires recouvre la région.
    • Au tertiaire (-65 MA à 5 MA), la surrection des Alpes provoque le plissement et le glissement de la couverture sédimentaire.
    • Au quaternaire (-5 MA à nos jours), cet ensemble de roches très diversifié, cristallin, calcaire, éruptif est modelé par une intense érosion pour donner un paysage très varié dans lequel on retrouve globalement les acteurs géologiques principaux.

    Au SE de la Provence, affleure le socle cristallin, avec les massifs des Maures, du Tanneron et de l’Estérel, qui présente de nombreuses traces éruptives alors qu’au SO et au nord, s’étend la zone majoritairement calcaire faite d’une alternance de collines  et de barrières rocheuses.  

    P1000161.JPG

    On divise les Côte de Provence en 5 grandes zones naturelles :  

    La bordure maritime cristalline des Maures

    • En bordure du rivage méditérranéen, cette zone s’étend de St Tropez à Hyères.
    • Situation à proximité de la mer sur les versants côtiers, replats et hautes terrasses des Maures. 
    • Les sols viticoles de ce secteur proviennent de l’altération de roches appartenant au massif des Maures. Ces sols sont sablo argileux et plus ou moins riches en cailloutis quartzeux de couleur brun-ocre à brun-rouge. 

      Vignes Maures.JPG

    La vallée intérieure

    • Bassin sédimentaire datant du permien (Ere primaire) situé dans l’arrière pays, entre le massif des Maures  et le Haut Var.
    • Vignoble situé sur les versants et parties hautes des vallées.
    • Socle de grès et d’argiles rouges par endroit recouvert de colluvions et d’alluvions.

    Sols rouges.JPG

    • Les vignobles situés en bordure nord sont riches en cailloutis issus des reliefs calcaires ; ceux situés en bordure sud sont plutôt riches en cailloutis issus du massif des Maures. 

    Le plateau triasique du Haut Var

    • Région de Draguignan, au nord de la vallée intérieure.
    • Les vignobles occupent les coteaux, plateaux et hautes terrasses.
    • Sols du Trias (Ere secondaire) caillouteux calcaires à matrice argilo-sableuse brun rouge à jaune.

    vines2_dec03_fs[1].jpg

     Le Bassin du Beausset 

    • Zone au nord de La Ciotat mais excluant Bandol.
    • Ceinturée au nord par le massif de la Sainte Beaume et au sud par les chaînons du Gros Cerveau qui délimitent l’appelation Bandol au nord. 
    • Sols de marne, grès et calcaires du crétacé et du jurassique avec des colluvions.

    071108115951208[1].jpg

    La Montagne Sainte-Victoire

    • Zone limitée au nord par le Massif de la Sainte-Victoire et au sud par par le Massif de l’Etoile.
    • Vignobles se situant sur les pentes et replats de ce secteur
    • Sols de marnes et grès du crétacé (Secondaire) à texture sablo-argileuse rouge riches en colluvions calcaires provenant de l’érosion et altération des reliefs calcaires.

      Ste Victoire.jpg

     

    Conclusion :

    Les vins issus de nombreux cépages différents, en proportions variables, sur des sols et des expositions tout aussi divers, présentent à côté d’une parenté due au soleil, des variantes qui font leur charme…..  


    Vins à déguster

    Les vins ont été achetés au caveau des Côte de Provence à Les Arcs sur Argens. 

     Rouges

    1.Domaine Ste Marie Cuvée Tradition 2007  (75% syrah – 25% Cabernet Sauvignon) Bormes Lez Mimosas – Bordure maritime cristalline – Sols silicieux  Micaschistes,schiste,quartz blanc – En conversion Bio / 8.5 € 

    Le nez est floral et fruits noirs, la matière s'affiche d'emblée solide, bien charpenté sur des arômes de fruits noirs (mûre,myrtille). Un vin dans l'ensemble bien fait mais à attendre 2 ans. 7/10 

    2.Château Miraval 2005  (Syrah-Grenache-Cabernet Sauvignon) Au nord de Brignolles dans le plateau triasique du Haut Pays – Sols caillouteux calcaires sur matrice argilo sableuse brun rouge à ocre - Bio / 15 € 

    Le nez révèle un problème bactériologique (déviation fermentaire  ou problème survenu durant l'élevage) ...non côté.

    3.Château Mas de la Victoire  Cuvée Syrah-Rissime 2007  (85% Syrah – 15% Grenache) Ramatuelle dans la bordure marine cristalline des Maures – Sablo argileux +- riche en cailloutis schisteux  / 17 € 

    Le nez rappelle le soufre...? La bouche est néanmoins équilibré,veloutée mais assez fermée aromatiquement. 5/10 

    4.Domaine Mas des Esclans Cuvée Castrum 2006 (Syrah et Carignan majoritaires, Mourvèdre) La Motte (région de Lorgues) La vallée intérieure – Grès fin du permien et argiles rouges – Elevage en fûts 12 mois / 18 € 

     Le nez fin révèle des arômes de fruits rouges (cerise noire,cassis) sur un fond épicé. La bouche s'affirme charnue mais croquante, complexe , encore dominée par les fruits rouges bien mûrs. Un très beau vin! 8.5/10  

    5.   Mas Negrel Cadenet 2004  (45% Grenache-45% Syrah-10% Cab Sauv) Trets – La Montagne de Ste Victoire – Sols 60% Graviers calcaires 40% Argilo limoneux  Eboulis calcaires crétacé de la Montagne Ste Victoire – Elevage en fûts 12-15 mois / 19 €

    Le nez est marqué par des arômes de réglisse, de jujube.La bouche est d'emblée chaude,charnue, bien fondue , marquée par le grenache. Un fruité bien présent mais qui manque de vivacité et de fraîcheur. 7.5/10 

    6.   Château de Roquefort Cuvée La Pourpre 2006 (Syrah, carignan, Mourvèdre) Roquefort La Bedoule (Région de La Ciotat) Le Bassin de Beausset Sols marneux, grès et calcaires du crétacé – Elevage 24 mois en ½ muids / 22 €

    Le nez se révèle  sur les fruits rouges. La bouche est du même régistre aromatique, les tanins un peu végétaux nous paraissent manquer de maturité. L'ensemble manque de longueur. 7/10 

    Blancs 

    7.Château Roubine 2009 (rolle, ugni blanc, clairette,sémillon) Lorgues – La vallée intérieure – Argilo calcaire/12 €

    Le nez expressif, racé, révèle des arômes de fleur blanches, de pêche avec des notes de noisette grillée. La bouche est ample,ronde, d'une grande fraîcheur marquée par des arômes de poire, de pêche blanche. Un ensemble de classe avec une belle longueur. 9/10

    8.Domaine de Gavaisson (80% Rolle, 20% Sémillon) Lorgues – La vallée intérieure – Argilo calcaire – Bio / 15 €

    Le bouquet olfactif est d'une grande finesse: floral (jacinthe,tilleul)et agrumes. La bouche est ample, avec des arômes de pêche et d'abricot. Un vin d'une grande fraîcheur pour une cuisine fine et épurée. 9/10

    Une séance qui se termine donc sur deux vins blancs de classe, ... qui font un peu oublier la qualité très moyenne des vins rouges.

    Prochaine séance: Les vins rouges de Chateauneuf du Pâpe.

     

     

     

     

         

     

     

     

     

     

  • Le vignoble de Morey Saint Denis

    Cercle oenologique "La Moinette" Séance du vendredi 16 avril 2010

    LE VIGNOBLE DE MOREY SAINT DENIS

    Le vignoble de Morey Saint Denis se situe entre les vignobles de Gevrey Chambertin au nord et de Chambolle Musigny au sud, sur la Côte de Nuits à 17 km de Dijon et 7 km de Nuits St Georges.

    Morey_Saint_Denis 3

    Généralités

    « Ici on ne vend pas le nom, on vend le vin » déclare Thierry Broin, régisseur du clos des Lambrays à Morey St Denis. Faute de bénéficier d'une réputation à la hauteur de ses voisins, les producteurs de Morey St Denis ont donc toujours dû faire davantage d'efforts que les autres. Aujourd'hui, elle est une des appelations les plus homogènes de Bourgogne en terme de qualité. Les meilleurs vins du village sont au niveau des plus grands....mais Morey continue d'avoir un déficit de notoriété et ce pour plusieurs raisons :

    • D'abord, sa petite taille (130 ha) qui n'a pas intéressé le négoce-éleveur quand ce dernier a commencé à construire ses réseaux commerciaux aux 4 coins de la planète dès le 19ème siècle.
    • Les meilleurs vins étaient souvent vendus sous le nom plus porteur de ses voisins; et les moins bons sous le nom de Morey St Denis...pratique qui bien sûr, n'est plus d'actualité!
    • Les marchés lointains (US,Asie...) se sont tournés vers les appelations les plus faciles à vendre cad les plus connues et plus prestigieuses.

    C'est ce qui explique que les prix des Morey St Denis sont toujours en retrait par rapport à Gevrey et Chambolle.

    Mais cela change...les jeunes de la commune profitent de la curiosité des consommateurs qui se contentent de moins en moins de « boire les étiquettes » et recherchent la nouveauté.

    Le vignoble

    Il produit à lui seul 5 des 32 Grand Cru Bourguignons :

    • Clos de Tart (7,35ha)
    • Clos St Denis (5,45 ha)
    • Clos de la Roche  (17,20 ha)
    • Clos des Lambrays (8,30 ha )
    • Bonnes Mares (1,5 ha)partagé avec Chambolle Musigny (13,25 ha)

    Le vignoble de Morey St Denis bénéficie également de 20 appellations Premier Cru : Aux Carmes, Aux Cheseaux, Clos Baulet, Clos des Ormes, Clos Sorbés, Cote-Rôtie, La Bussière, La Riotte, Le Village, Les Blanchards, Les Chaffots, Les Charrières, Les Chenevery, Les Façonnières, Les Genavrières, Les Gruenchers, Les Milandes, Les Ruchots, Les Sorbes, Monts Luisants et Clos des Monts Luisants.

    3,81hectares sont classés en appelation village AOC Morey-Saint-Denis blanc.

    Morey possède un large vignoble de coteau, uniforme avec une classique orientation à l'est où les 5 grands crus reposent sur le tiers supérieur du coteau.

     

    Géologie de la Bourgogne

    •  La mer a recouvert toute la région durant pratiquement tout l'ère secondaire avant de se retirer progressivement. En quittant la région, elle a déposé des roches sédimentaires qui ont déterminé la composition des sols bourguignons.
    • Durant l'ère tertiaire, la mer s'est définitivement retirée et la formation des Alpes a causé d'importants mouvements tectoniques. Fortement ressentis en Bourgogne, ces mouvements sont à l'origine d'un réseau de failles denses et parallèles Nord Sud qui traverse la région. Le paysage bourguignon n'a pas fondamentalement changé depuis la naissance des Alpes.

    faille générfaille normalefaille Islande1Faille en Islande

    san-andreas-visoterra-16027[1]Faille de San Andreas en Californie

    •  La Côte bourguigonne est donc un vignoble dit «  de rebord de faille », faille résultant d'un double mouvement effondrement-soulèvement qui marque la limite entre la plaine de la Saône à l'est et le Morvan à l'ouest. L'effondrement correspond au fossé bressan entre la Bourgogne et le Jura. Néanmoins, les couches du sous sol sont composées de couches sédimentaires principalement âgées du jurassique.

    Bourgogne2

    La liaison entre le Morvan et la plaine de la Saône se fait par un vaste escalier à 5 marches descendant régulièrement de l'Ouest vers l'est; ces 5 marches façonnées aujourd'hui par l'érosion, correspondant à 5 failles parallèles . Les Hautes côtes et la Côte bourguigonne constituent la 4ème marche et la plaine la 5ème marche. Cette 4ème marche est constituée de strates sédimentaires superposées du jurassique, seul le dessus de la Côte est du crétacé. C'est sur ces strates situées, alternativement tendres et dures, sur le flanc de la 4ème marche que se situent les vignobles des communes bourguignonnes.  

    Géologie du vignoble de Morey Saint Denis

    Les sols sur lesquels sont plantés les vignobles sont rarement le résultat de la seule altération des couches géologiques sous jacentes. Celles ci ont été recouvertes d'éboulis plus ou moins épais. On y trouve des limons rouges qui ont glissé le long des plateaux, des cailloutis arrachés par l'érosion, des calcaires du haut de la Côte. Tous ces éléments se sont mêlés au sol en place. Ainsi si la roche mère affleure sur les pentes fortes comme au Clos de la Roche, les éboulis peuvent être plus ou moins épais en zone plane.

    La mi-pente, comme ailleurs dans la côte, est le paradis des grands crus, mais aussi des premiers crus. L'altitude moyenne, le drainage efficace et l'exposition au soleil levant sont autant de bonnes conditions naturelles. Dix-sept premiers crus sont répertoriés. Tous ces climats ne sont cependant pas revendiqués, tant certains sont petits, moins d'un hectare parfois.

    C'est ainsi que l'on peut dire que globalement le terroir de Morey Saint denis correspond à des terrains marno calcaires du jurassique moyen (Bajocien et Bathonien), très remaniés en surface par l'action du gel et des éboulis de pente datant des dernières glaciations.

    De petites parcelles et beaucoup de propriétaires Le clos de la roche, qui, comme son nom l'indique, se trouve sur la roche calcaire, enfante souvent des vins très parfumés, typés par la cerise et la griotte dans leur jeunesse ; la truffe vient enrichir le bouquet avec l'âge.

    Le bas du coteau du clos saint denis est formé de sols bruns calcaires, sans beaucoup de cailloutis, où les argiles confèrent richesse, complexité et longue garde. Beaucoup de structure pour ce grand cru donc, mais avec peut-être plus de finesse que son voisin. Comme pour le clos de la roche, beaucoup de propriétaires se partagent le clos saint denis.

    De l'autre côté de la combe, au sud donc, se trouve le clos des Lambrays. La particularité de ce clos, devenu grand cru en 1981, est d'être constitué de trois climats géologiques.

    La partie basse a hérité de la terre la plus lourde, la plus argileuse aussi. Le milieu jouit d'une excellente exposition au soleil levant. Quant à la partie haute, elle est bien ventilée... l'assurance de raisins sains, sauf année « catastrophe ». Cette complémentarité est exploitée par le régisseur Thierry Broin. Les sols marneux qui dominent dans le haut favorisent la finesse, tandis que les sols du bas, plus argilo-calcaires, confèrent puissance et charpente. L'assemblage de ces caractères assure l'harmonie et l'aptitude naturelle au vieillissement.

     Le clos de Tart produit, lui, des vins de grande garde, assis sur une texture puissante, fondue et d'une grande persistance. Enfin, une petite partie (1,50 ha sur les 15 de l'appellation) du grand cru bonnes-mares se trouve sur morey. Les vins sont pleins de puissance, de virilité même dans les premières années et ne se découvrent qu'après cinq à dix ans au moins.

    Bonnes Mares1

    Il existe à Morey-Saint-Denis quelques excellents vins blancs, chose rare en Côte de Nuits, le paradis du pinot noir. Différents des blancs de la côte de Beaune, les morey blancs sont généralement assez secs, bien marqués par le terroir.

    Horizontale des vignobles de Morey Saint Denis du Domaine Magnien Michel - Millésime 2006

    morey carte1

        Tous les vins ont été élevés 18 mois en fûts avec des proportions variables de fûts neufs suivant le niveau du vin.

    • 1. Morey St Denis Village 2006 (appelation communale simple) Situation en plaine dans le village sur argilo calcaire - 30% fûts neufs - 18€ 

    Le nez est floral et griotte. La bouche est tout en élégance, dans le même régistre aromatique que le nez. La structure est faite de tanins aux grains fins. A boire sur son fruité , dans les 5 ans.

    • 2. «Le Très Girard» 2006 (appelation communale + Lieu dit) Situation: 250 m sur substrat de roche calcaire avec roches, marnes, sables et limons rouges - 35% fûts neufs - 20€

    Le nez se révèle floral avec quelques notes de bois neuf. La bouche est en finesse, fruitée avec des séquences de boisé qui apparaissent davantage à l’aération. La structure est comparable au vin précédent, faite de tanins suaves au grain fin. A boire dans les 5 ans. 

    • 3. «Aux Charmes Premier Cru» 2006 - Situé à 250 m en dessous du Clos de la Roche sur sols calcaires avec roches, marnes , sables et limons rouges - 60% fûts neufs - 36€ 

    Le nez est assez expressif et révèle un bouquet déjà plus complexe comparé aux 2 vins précédents avec des notes empyreumatiques (moka, pain grillé). La bouche est du même régistre aromatique que le nez. La structure est fondue, élégante ; la dégustation se termine sur des tanins fins et suaves. A boire dans les 7 ans.

    • 4. «Les Millandes Premier Cru» 2006 - Situé à 260 m en dessous du Clos de la Roche sur sols bruns calcaires - 70% fûts neufs - 36€ 

    Au niveau aromatique, ce vin est très proche du précédent juste un peu plus fermé au nez. La structure est néanmoins plus solide, avec une matière plus abondante, les tanins ont un peu plus de mâche , ce qui permet au vin une garde un peu plus longue. A boire idéalement avant 2016.

    • 5. «Les Chaffots Premier Cru» 2006 - Situé à 300-320 m au dessus du Clos St Denis sur sols argilo calcaires - 75% fûts neufs - 36€

      Le nez se révèle assez bouqueté sur des notes empyreumatiques, de bois neuf et de vanille. La bouche est du même régistre aromatique . L’ensemble est fondu, les tanins sont  fourrés , la structure est harmonieuse et équilibrée.

    • 6. «Clos Saint Denis Grand Cru»2006 - Situé à 270-310 m sur sols argilo calcaires avec oxydes de fer-80% fûts neufs-0.12 Ha-600 bout-88 €  

    Le nez est expressif et racé, le bouquet est ouvert et assez intense sur des des notes de pain grillé, d’épices et de vanille. La bouche révèle le même bouquet. L’ensemble est fondu, harmonieux, tout a bien sa place. Les tanins sont bien intégrés dans un ensemble de classe ! A boire avant 2020.

    • 7. «Clos de la RocheGrand Cru »2006 - Situé à 270-300m en haut du village sur sols bruns calcaires - 80% fûts neufs - 0.33 Ha-1200 bout-88€  

      Nez au bouquet dense (moka,épices,fruits rouges). La bouche révèle le même style d’arômes. La bouche est profonde, riche, élégante,  la structure est tannique mais fourrée. Le boisé doit encore se fondre dans l’ensemble, la finale est longue et se termine sur des notes de café. A boire avant 2020. 

    A retenir de cette horizontale :

    * Points communs de tous ces vins : l’élégance, la finesse, la précision dans la vinification,l’expression juste du pinot noir dans un millésime considéré comme moyen.

    * La puissance, la complexité vont crescendo au fur et à mesure que l’on monte dans la hiérarchie.

    * Les 2 « Grands crus » se distinguent des autres vins par une profondeur et une complexité dignes de leur rang. Seul leur terroir les différencie dans la nuance.

           

     

     

     

     

  • Les vins rouges d'Italie

    RigolantSéance 1: vendredi 15 janvier 2010 et séance 2: vendredi 12 mars 2010

    Les Vins rouges d'Italie

    Généralités

     Le vignoble italien est le plus vaste du monde en terme de quantité.

    La mise en place d'une première législation sur l'organisation des appelations en 1963, à l'instar des AOC françaises, a davantage favorisé le développement quantitatif que qualitatif ; l'Italie produisait de nombreux vins de pays et le Chianti était devenu la boisson nationale, seuls quelques grands crus exceptionnels arrivaient à sortir la tête de cet océan de vin.

    Dans les années 90, la consommation a chuté, ce qui a bouleversé le paysage viticole, une nouvelle organisation des appelations a été mise en place et le vignoble est maintenant dans une démarche qualitative.

    Plus de 1.600.000 exploitants se partagent 800.000 hectares, soit 17% de la production mondiale de vins.

    Aujourd'hui encore 60% de la production de vins italiens provient d'exploitations agricoles non spécialisées, surtout en Sicile.
    La taille moyenne d'une exploitation italienne est d'1 ha, en France 7ha et en Australie 20 ha. Mais on peut trouver des domaines en Toscane de plus de 20 ha et de minuscules exploitations de moins d'un hectare en Sicile. 

    Les régions, les appelations et les cépages

      L'unité italienne a un siècle et l'Italie n'a pas bénéficié d'une tradition centralisatrice comme en France. La structure du monde viticole est la conséquence de certaines réalités historiques et économiques beaucoup plus vastes.

    Il existe 20 régions productrices de vins. Une viticulture de qualité s'est développée en partie au nord au milieu d'une production médiocre et une viticulture de vins courants au sud. Actuellement la production de vins fins représente 15% du volume total des vins produits. Le Piémont, la Toscane, et la Vénétie à elles seules produisent 50% des DOC. Le Trentin Haut Adige, le Frioul, Les Marches ont également une vocation à proposer des vins de qualité.
    Pourtant, les quatre régions principalement productrices sont la Sicile , les Pouilles, l'Emilie Romagne et la Vénétie.

    classification-italie[1]
     

    L'Italie se distingue également sur un autre plan, celui de la production de vins biologiques qui représente 30 000 hectares en production contre 4765 ha en France. La production de vins biologiques est essentiellement concentrée dans le sud. L'état alloue aux producteurs des aides à la conversion et au maintien en mode de production biologique.

    Le système de classement des vins italiens a été créé seulement en 1963 et réformé en 1992.

    A l'appellation controlée française correspond la « dénominazione de origine controllata », la DOC. (313 appelations DOC)
    Au dessus en plus rigoureux la « dénominazione de origine controllata y garantita » ou DOGC soit 33 DOCG. (cahier des charges de production et de conditionnement plus strict que la D.O.C).
    Les vino de tavola sont les vins de tables sans indication de provenance, ils représentent 43% de la production totale italienne.

    Les Vino de tavola con indicazione geografica : vin de table avec un indication de la région d'origine. (346 appelations)

    En 1992, une réforme de la réglementation est apparue appelée loi gloria. Une nouvelle catégorie l' IGT est apparue. L'indicazione geografica tipica classe les meilleurs vins régionaux ; ils représentent 27% de la production italienne. C'est l'équivalent de la catégorie vins de pays. (118 appelations)
    La loi Gloria vise également à un contrôle plus strict de la qualité en soumettant tous les vins DOC et DOGC, à l'agrément d'une commission de dégustation.

     carteitalie[1]

    Cépages principaux

    De nos jours, l'Italie reste le pays le plus riche en cépages autochtones, et celui qui emploie la plus vaste gamme de cépages : plus de 400 sont autorisés dans les DOCs, mais plus d'un millier sont recensés. Pour certains cette diversité traduit la richesse et le caractère authentique de la viticulture italienne. Pour d'autres, elle apparaît comme un frein à l'émergence d'un vignoble de qualité homogène.

    Nebbiolo : Ce grand cépage du Piémont donne des vins de grande classe et d'une grande longévité, avec une structure tannique qui peut être redoutable. Il est à la base des Barolo et Barbaresco. A son meilleur, il donne des vins profonds, tanniques, très complexes, d'un grand potentiel de vieillissement. Des vins des années 40 ou 50 sont encore en pleine et glorieuse apogée.

    Sangiovese : Premier cépage d'Italie (10% des surfaces), Il donne des vins souples aux parfums de fruits rouges et de coloration rubis. Les vins sont dotés d'une bonne structure, d'une bonne capacité à vieillir et ils peuvent se révèler très grands. C'est le cépage du centre de l'Italie.

    Barbera : Présent dans toutes les régions italiennes et principalement dans le nord ; il donne des vins très colorés, puissants et savoureux.

    Montepulciano : Présent surtout dans les régions du centre et principalement dans les Abruzzes. Il donne des vins rouges structurés, colorés et à des rosés aux parfums fruités.

    Dolcetto : Cépage du Piémont,il donne des vins de coloration rubis, parfumés et gouleyants.

    Primitivo : appelé aussi zinfandel aux USA, ce vieux cépage autochtone est aujourd'hui propulsé sur le devant de la scène internationale.  

    Corvina : Cépage de la Valpolicella, des Amarone et des autres vins rouges de la région de Vérone. Il se caractérise par son fruité aromatique, sa haute teneur en acidité et sa faible teneur en phénol, tout en étant pauvre à la fois en tannins et en pigments. le Corvina se voit généralement associé au Rondinella, cépage arrivant plus vite à maturité.

    Nero d'Avola: Colorés, riches et même puissants, les cuvées de ce cépage sicilien sont devenues des vins très recherchés. Il est très populaire et est vu par beaucoup comme la meilleure variété de raisins noirs de l'île

    Le nord de l'Italie et la Toscane ont (hélas ?) cédé à la mode des cépages internationaux et on y retrouve des cépages comme les cabernets, le chardonnay, le riesling et le merlot en forte croissance.

     

    Région Appelations Situation Cépages
           
    Piémont Barolo Nord Ouest Nebbiolo
      Barbaresco   Dolcetto
          Barbera
           
    Val d'Aoste Chambave Nord Ouest  
      Torette    
           
    Lombardie Valtelina Nord Nebbiolo
      Sforzatodi Valtelina DOC   Barbera
           
    Trentin - Haut Adige Lagrein Nord Lagrein
      Alto Adige   Schiava
           
    Frioul Collio Nord Est Merlot / Cabernet
           
           
    Vénétie Bardolino Nord Est Corvina-Rondinella-Oseletta
      Amarone della Valpocilla    
           
    Emilie Romagne Sangiovese di Romagna   Sangiovese
           
    Toscane Brunello di Montalcino Centre San Giovese / Merlot / Syrah
      Vino nobile di Montepulciano    
      Montalcino    
      Carmignano    
      Chianti    
           
    Ombrie Torgiano Centre San Giovese / Canaiolo
           
    Marches Rosso Piceno Centre San Giovese - Montepulciano - Verdichio-Pecorino
      Rosso Conero    
      Marches    
           
           
    Abruzzes Montepulciano d'Abruzzo Centre Sud Montepulciano
      Trebiano d'Abruzzo   Pecorino
           
    Pouilles Salice Salentino Sud Primitivo
           
    Sicile Signoria Sud Nero d'Avola
           


     Climat

    Il n'y a pas un endroit où la vigne ne pousse pas en Italie. Le climat méditérranéen est idéal pour ce type de culture, chaud et sec. Au sud et en Sicile, l'eau se fait parfois rare ce qui a tendance à provoquer un stress hydrique sur la plante. Le nord et le centre sont plus tempérés, c'est dans cette dernière que l'on trouve les meilleurs vins.

    Les principales régions viticoles italiennes....

    LE NORD OUEST inclut la Ligurie, la Lombardie, le Val d'Aoste, et le Piémont, l'une des très bonnes régions viticoles.

    LE PIEMONT

    Situation :Le Piémont, la plus occidentale des régions d'Italie avec ses fontières avec la France et la Suisse, est bordé par les Alpes au nord et les Apennins au sud, ce qui explique l'origine de son nom : « pied des monts ». Capitale : Torino.

    Appelations :Une quarantaine d'appellation se répartissent sur un territoire de 62 000 hectares. Terre de contraste, on y produit le Barolo l' un des grands vins de garde italiens mais également le Brabaresco et l'Asti Spumante, léger effervescent sucré aux arômes de muscat.

    Le Piémont dispose du plus grand nombre de DOCG et DOC mais il n'y a pas de IGT.

    Climat :Le climat est intermédiaire entre le climat alpin (continental, sec et froid) et le climat méditéranéen, plus chaud, ce qui se traduit par des hivers rigoureux, des printemps assez tardifs, des étés chauds, et des automnes souvent brumeux. Un climat qui sort des standards italiens. On hésite à classer le Piémont en zone à climat tempéré ou méditéranéen.

     

     piedmont-wine-map[1]

    Une majorité des vignobles de la région sont situés dans les collines des Langhe et de Monferrato, qui sont connectées aux Apennins par le sud est. Mais plusieurs vins d'importance sont également issus des contreforts des Alpes au nord entre le lac Majeur et le Val d'Aoste.

    Le point central de la production de grands vins est la ville d'Alba sur la rivière Tanaro. 

    Les cépages

    Le nebbiolo dont le nom signifie brouillard (en référence à l'épaisse couche nuageuse qui recouvre souvent les collines de la région),possède un parfum fruité comparable au pinot noir de bourgogne.

    Selon sa zone d'implantation, il est à l'origine du Barolo ou du Barbaresco qui sont issus exclusivement de ce cépage. Autres appellations possibles pour les vins issus de Nebbiolo hors de ces zones délimitées : Nebbiolo d'Alba, Nebbiolo Langhe. Il se vendange en octobre.

    Le nebbiolo est un cépage capricieux nécessitant un terroir particulier. Il est réservé aux parties hautes et moyennes des pentes bien exposées au sud et sud ouest; l'altitude et l'exposition, qui conditionne largement la rétention en eau des sols sont déterminantes pour la maturité du nebbiolo. Les parties basses sont réservées aux cépages rouges locaux et cépages blancs, et même les inévitables cépages internationaux (Chardonnay, Merlot, Cabernet). Le cépage est conduit en guyot simple.

    Le Dolcetto est un cépage peu acide et moyennement tannique, souple et fruité. Il n'est généralement pas élevé en fûts.

    Le Barbera donne des vins à la couleur profonde, au fruité expressif et séduisant, riches de texture et à la belle vivacité et aux tanins souples. Les vins peuvent être de très bon niveau et capables d'une garde de 10 ans....on le nomme parfois « le merlot d'Italie ».

    Ces deux derniers cépages donnent d'excellents résultats dans un style de vins plus faciles à boire.(DOC Dolcetto d'Alba ou Barbara d'Alba). L'assemblage des deux donne des vins classés en DOC Langhe Rosso.

    Géologie : Ce vaste basssin de la vallée du Pô est encadré par 2 chaînes de montagnes qui ont eu une grande importance sur sa formation. Au nord,  les alpes italo suisses et italo autrichiennes; au sud, la chaîne des Apennins dont l'altitude atteint à peine 2000 mètres entre Bologne et Pise et qui s'abaisse à 1000 m au sud de la région de barolo. Le bassin du Pô est une vaste dépression qui s'est effondrée en 2 temps au moment de la formation des 2 chaînes de montagnes.

    Les terrains issus de cet effondrement durant l'ère quaternaire sont constitués de molasses provenant de la désintégration des chaînes environnantes et qui ont rempli progressivement le bassin au fur et à mesure qu'il s'enfonçait. Ensuite au quaternaire, le Pô et ses affluents (le Tanaro) ont donné naisance à un réseau hydrographique au pouvoir érosif des formations tertiaires considérable. 

    A.  Le Barolo    

    Situation : Le barolo naît dans les paysages de légende, aux confins de la plaine du Pô et des premiers contreforts de la chaîne des Apennins.  Situé au sud-Ouest de la ville d'Alba, à Une soixantaine de kilomètres au sud de la ville de Turin, Barolo couvre aujourd'hui 1700 hectares répartis sur plusieurs communes, avec 130 producteurs différents (=6 millions de bouteilles).

    La région de barolo comme l'ensemble du Piémont fait partie de la haute vallée du Pô qui s'étend et s'élargit sur des centaines de Km vers l'est jusqu'au rivage de la mer adriatique.

    Géologie :

    2 types de terrains de bassin sédimentaire:

    • Les terrains du quaternaire, argilo calcaires (sédiments calcaires et dépôts alluviaux) et sableux (poches de sables) donnent des vins aromatiques, souples et très fruités.
    • Les marnes plus compactes fournissent des vins plus structurés et tanniques avec des capacités de vieillissement plus importantes. 

    Les noms de meilleurs crus, qui correspondent aux parcelles les mieux situées, sont souvent mentionnés sur l'étiquette, ce qui est une habitude relativement récente dans la région.
    De l'avis général, voici les plus réputés : Brunate, Cannubi, Bussia, La Rossa, La Serra, Cerequio, Rocche dell'Annunziata. Un processus de classification des terroirs est en cours, qui prendra au moins une dizaine d'années.
    Le morcellement des parcelles, mais aussi la faible taille moyenne des appellations ne sont pas sans rappeler la configuration d'une région comme la Bourgogne.L'essor qualitatif et commercial qu'ont connu depuis une vingtaine d'années les vins de Barolo (et du cru voisin, Barbaresco) est phénoménal.

    Viticulture et vinification
    Les rendements autorisés à Barolo sont de 56 hl/ha (soit 8000 kg de raisin à l'hectare), mais les producteurs soucieux de produire le meilleur raisin possible sont bien au-dessous de cette limite.

    Les vignes sont pallisées et peuvent grimper jusqu'à 3 mètres afin d'optimaliser la surface foliaire, gage d'une bonne maturité phénolique.
    Les tenants du style traditionnel (cuvaisons longues, pas d'égrappage, élevages de plus de 3 ans en vieux foudres) ont aujourd'hui presque disparu. Un style qualifié moderne l'a peu à peu emporté. Aujourd'hui tout le monde égrappe. L'usage s'est répandu de chauffer les moûts, avant d'effectuer des fermentations à basse température, pour extraire plus de couleur et de parfums. Ensuite, les jus et les peaux sont séparés très rapidement. Les vins ont gagné en précocité, en amabilité, en séduction dans leur jeunesse.

    La vinification du nebbiolo exige certaines précautions car les anthocyanes de ce cépage s'oxydent assez facilement.L'appellation simple garantit un élevage de 3 ans, dont 2 en fût de chêne ou de châtaignier;
    la mention Riserva: 4 ans; et Riserva speciale: 5 ans. 

    Il faut patienter au minimum 5 ou 6 ans avant de déboucher une bouteille. Lorsque le vin est fait dans le style traditionnel, il convient de le décanter afin de l'aérer, et cela si possible 24 heures à l'avance. Mais un style nouveau émerge, qui donne un vin plus léger et consommable plus jeune.
    Le barolo type... ? ..une robe rubis profond, avec parfois des reflets orangés. Des arômes de fruits (cerise,prune...), de violette, ou de réglisse, évoluant vers un bouquet complexe (rose, tabac, fumé...). Le Barolo accompagne bien les gibiers, truffes, champignons, et viandes goûteuses.

     B. Le Barbaresco 

    Cépage : 100% Nebbiolo dans ses variétés "Michet", "Lampia" et "Rosé".Rendement maximum de la vigne: 52 hecto par Ha.

    Le Barbaresco, DOCG, est produit au nord-est d'Alba, autour de Barbaresco, Neive, et Treso, sur 680 Ha (= 2.5 millions de bouteilles).Quoiqu'issu du même cépage et élaboré dans des zones de production voisines du Barolo, le Barbaresco s'avère assez différent de son illustre rival. Relativement plus léger et tendre, mais encore tannique et concentré, c'est l'un des tout meilleurs vins italiens, très distingué. Les meilleurs sont complexes à souhait, avec un bouquet mûr de sous-bois, de réglisse, de fumée, et une saveur épicée persistante. 

    Vieillissement obligatoire sous bois : 2 ans en fûts de chêne ou de chataigner. La mention Riserva garantit 3 ans, et Riserva Speciale 4 ans. Ce sont des vins à attendre au minimum 4 ans, parfois 6 à 8, et qui peuvent être conservés 10 à 15 ans. 

    LE VAL D'AOSTE

    Capitale : Aoste. Cette région, la plus petite de toutes, coincée dans le nord-ouest montagneux de l'Italie contre les frontières de la Suisse et de la France, dispose de quelques espaces précieux réservés aux vignes sur ses terrasses alpines rocheuses. Mais les vins produits ici en volumes minuscules ont quelque chose de spécial, qu'on ne retrouve nulle part ailleurs en Italie ou chez ses voisins étrangers.

    Une DOC régionale connue sous le nom de Valle d'Aosta ou Vallée d'Aoste couvre 23 catégories de vins dont les noms sont donnés en Italien et en Français, la deuxième langue officielle. Parmi eux, les appellations DOC de Donnas et Enfer d'Arvier, qui existent depuis longtemps, ainsi que les blancs de Morgex et La Salle, dont les vignobles sont à l'ombre du Mont Blanc, et sont réputés pour être les vins les plus hauts de l'Europe continentale. Il n'y a pas d'IGT en Vallée d'Aoste. Mais que les vins soient classés ou non, ils n'en restent pas moins des curiosités, et ils sont plus fascinants encore s'ils sont dégustés sur place. Les cépages de la Vallée d'Aoste vont des variétés piémontaises (Nebbiolo, Dolcetto, Moscato) aux françaises (Chardonnay, les Pinots, Gamay), en passant par les cépages germaniques Muller Thurgau, qui sont bien adaptés à la montagne. Mais les vins les plus intéressants de la Vallée d'Aoste sont issus de cépages locaux. Parmi eux, le Petit Rouge de l'Enfer d'Arvier et du Torrette, le Blanc de Valdigne du Morgex et de La Salle, la Petite Arvine pour le vin blanc du même nom, le Vien pour le vin rouge de Nus et la Malvoisie (apparemment une mutation du Pinot Gris) pour le très rare vin de dessert de Nus. Six coopératives vinicoles regroupant 450 producteurs produisent les trois quarts des vins de la Vallée d'Aoste et sont en grande partie responsables de l'amélioration progressive de la qualité.

    LE NORD

    Est constitué de la Lombardie et du Trentin-Haut Adige

    La Lombardie Les lombards sont plus des consommateurs que des producteurs de vins. Néanmoins , à partir du cépage nébbiolo, à 2 heures de Milan,ils produisent 6 millions de bouteilles de Valtellina sur les versants sud des Alpes italo-suisses; et notamment le Sforzato qui provient de raisins séchés sur claies. Il s'agit essentiellement d'une viticulture familiale à cause surtout de la difficulté d'exploiter la vigne sur les versants rocailleux des Alpes.

     Le Trentin Haut Adige (capitale : Trente), la région la plus septentrionale de l'Italie est très montagneuse et seulement 15% des sols sont cultivables. La difficulté d'élever des vignes sur des pentes raides et des terrasses encourage les vignerons à se focaliser sur la qualité. Ainsi près des trois quarts de la production sont en DOC, et la majeure partie du vin est exportée.

    Le Trentin Haut Adige, avec des frontières avec la Suisse et l'Autriche, est séparé en deux provinces distinctes. Le Trentin, autour de la ville de Trente au sud, est historiquement italienne de langue et de culture. Le Haut Adige, autour de la ville de Bolzano au nord, est connu comme le Sud Tyrol, historiquement autrichien, et est officiellement bilingue germano-italien.

    Bien que les experts s'accordent pour dire que le climat alpin favorise les raisins destinés à faire des vins blancs parfumés, on s'est historiquement focalisé sur les vins rouges qui représentent près des deux tiers de la production régionale.

    Le cépage dominant en Alto Adige est le Schiava, source de rouges légers et clairs qui sont très appréciés dans les pays germaniques du nord. Le plus considéré d'entre eux est le Santa Maddalena, élevé sur les pentes surplombant Bolzano. Le plus connu est le Caldaro produit à partir de vignes poussant autour du petit lac du même nom, dans des volumes atteignant 15 millions de bouteilles par an. Les cépages Lagrein, du Haut Adige, et Teroldego, du Trentin, font partie des cépages les plus distingués du nord de l'Italie et contribuent à la réalisation de vins d'une certaine classe. Le Lagrein qui pousse dans les plaines de long de l'Adige, à Greis, un quartier de Bolzano, fait un vin rouge vif, fruité et souple, très agréable.

     LE NORD EST
    est constitué du Frioul Vénétie Julienne et de la Vénétie. Les vins sont frais et vifs, et fruités. Certains des vignobles proviennent du sud Tyrol et proches de l'Autriche viticole.

    LE FRIOUL
    Capitale : Udine. Le Frioul est situé à l'extrême nord ouest du pays. Le vignoble jouxte l'Autriche au nord et la Slovénie à l'est. Le Frioul s'est doté dès la fin du XIX ème de cépages francais et allemands. Lorsque les viticulteurs frioulans ont reconstruit leur vignoble après le phylloxera, ils ont adopté des cépages comme le merlot, le cabernet qu'ils jugeaient de meilleures qualités.
    Les meilleurs vins sont les collio classés DOC dans les collines de Gorizia à la frontière italo yougoslave. C'est là que furent introduits les raisins français au XIX ème.

    LA VENETIE
    En Vénétie, Valpolicella et Bardolino mènent le bal. Le Valpolicella, élaboré à partir d'un mélange de Corvina, Rondinella et Molinara, est le quatrième parmi les DOCs italiennes avec plus de 30 millions de litres. C'est un vin généreux et fruité, à boire relativement jeune. Il peut se faire également avec des grappes partiellement séchées qui donnent l'Amarone della Valpolicella, sec et riche, ou le Recioto della Valpolicella, opulent et moelleux, et qui sont tous les deux aptes à un plus long vieillissement.L'Amarone est d'une grande générosité, puissant, avec un riche et complexe bouquet épicé. Il peut vieillir plus de 15 ans et est probablement l'un des grands vins d'Italie.

    Le Bardolino, issu des même cépages que le Valpolicella, est un vin facile à boire qu'il soit en rouge Superiore, qui a récemment obtenu la DOCG, ou en Chiaretto, d'un rose sombre. Le Bardolino a également gagné en popularité en Vin Nouveau, une autre catégorie dans laquelle la Vénétie est leader en Italie. Le Bardolino, des rives du Lac de Garde, se situe aussi dans la liste des vins les plus produits avec près de 20 millions de litres par an.

    EMILIE ROMAGNE La capitale : Bologne. A l'ouest se trouve l'Emilie, avec ses villes prospères posées comme des joyaux le long de l'antique Via Emilia : Modène, Reggio, Parme, Fidenza, Fiorenzuola, juqu'à Piacenza sur le Po. A l'est de Bologne se trouve la Romagne avec les villes de Faenza, Forli, Cesena, Ferrara, Ravenne et le lieu de villégiature Rimini sur la mer Adriatique.

    Les vins d'Emilie Romagne peuvent être considérés comme les moins conventionnels de ceux du nord, différents en tous points de ceux de ses voisins, d'un style assez complaisant mais toujours individualistes. Le cépage préféré des Romagnols est le Sangiovese, habituellement un rouge robuste avec un certain charme dans ses aromes fruités. Mais de plus en plus de producteurs de Sangiovese élaborent des vins de garde d'une plus grande profondeur de bouquet et d'arome et une réelle capacité de vieillissement harmonieux.

    En Romagne, la tendance favorise le Sauvignon, le Chardonnay, les Pinots et le Cabernet. Mais plusieurs producteurs font d'importants efforts pour développer des races supérieures de Sangiovese et d'Albana, tout en montrant un intérêt naissant pour des vins locaux qui restent rares comme les DOCs de vins blancs Pagadebit ou de vins rouges Cagnina et Bosco Eliceo Fortana.

    Une région qui en quelque sorte se cherche au niveau viticole.....     

    LE CENTRE OUEST

    LA TOSCANE
    La Toscane, pays au riche patrimoine historique et culturel, région viticole la plus visitée au monde, symbole de la Renaissance italienne, possède l'une des plus belles viticultures d'Europe.

    Trois grandes régions viticoles doivent être distinguées :

    1) La zone historique du Chianti, comprise entre Florence et Sienne, berceau de la viticulture italienne, d'où sont originaires tous les grands domaines historiques et les plus grandes familles du vin. Traditionnellement, le coeur de cette région est la zone du Chianti classico, la plus réputée, mais quelques appellations périphériques sont aussi dignes d'intérêt (Chianti Colli Senese, Chianti Ruffino, Carmignano, etc'). L'assemblage traditionnel du Chianti comprend en majorité le cépage Sangiovese, assemblé avec un très faible pourcentage d'autres cépages, dont le Canaiolo.

    2) La région qui s'étend au sud de Sienne, dans un paysage époustouflant de beauté, dans lequel des vignobles d'origine très ancienne entourent des petites villes médiévales (Montalcino, Montepulciano), perchées au sommet de collines abruptes, et auxquels ils empruntent leurs noms (Vino nobile di Montepulciano, Brunello di Montalcino). Les cépages traditionnels italiens y trouvent encore leur terre de prédilection (variétés du Sangiovese Pruno Gentile à Montepulciano, Brunello)

    3) La région côtière, comprise entre Bolgheri et Maremme, est plus récente pour la viticulture, puisque son potentiel qualitatif n'a été découvert que dans la seconde moitié du 20ème siècle. Dans le sillage de Sassicaia, un des plus grand vins italiens, la région a connu un essor sans précédent depuis 1975 et est sans doute aujourd'hui la plus dynamique du pays.

     mappatoscana[1]

    C'est la région des grands vins rouges issus du Sangiovese, l'autre cépage noir italien. Des étés longs et secs et des hivers moins rigoureux ont fait de la Toscane la région bénie des dieux pour la vigne mais aussi pour les oliviers.La Toscane bénéficie de 6 DOCG,de 35 DOC et de 5 IGT. 

    Géologie de la Toscane

    Cette immense région collinaire (68% du territoire toscan) aux variations infinies, située entre les apennins à l'est et la mer Tyrrhénienne, présente une histore géologique fort complexe, liée à la collision entre les plaque européenne et africaine. En Italie, ce phénomène s'est traduit par la formation de la chaîne des apennins qui forme en quelque sorte l'ossature montagneuse de la péninsule italienne. Ce soulèvement est aujourd'hui encore actif comme en témoignent les tremblements de terre fréquents dans cette région.

    Ce soulèvement a été suivi d'un phénomène d'extension entre la Corse et la chaîne des apennins qui a eu 2 conséquences :

    • La formation de bassins très profonds entre les côtes corse-sarde et italienne.
    • Un effondrement progressif de l'ensemble de la Toscane en différents blocs séparés par des failles parallèles à l'axe des apennins, qui est à l'origine de paysages aux vastes ondulations.

    Les sols de Toscane issus de bassins sédimentaires sont constitués de formations tertiaires et quaternaires : il s'agit de différentes sortes d'argiles plus ou moins mêlées à du sable.La région compte également 7 îles dont l'île d'Elbe dont la composition géologique n'est pas uniforme  (granites,schistes,roches métamorphiques et volcaniques...).      

    Le Chianti
    L'appellation s'étend entre Florence et Sienne. Le cœur historique du Chianti correspond aujourd'hui à l'appellation Chianti Classico sur 7000 ha et les 24 000 hectares autour, le Chianti. L'amalgame entre les deux appellations, a porté préjudice au Chianti Classico, qui n'a rien à voir avec l'appelation Chianti cad les chianti légers qui inondent le marché mais qui sont également classés DOGC. Les 2 appelations reposent sur des sols bien différents.

    L'aire du Chiantico Classico se situe autour des monts Chianti. La région est verdoyante , les vignobles alternent avec les champs de céréales et les bois. Les terroirs du Chianti classico sont formés d'une argile schisteuse qui convient bien au sangiovese (min 80% )qui est associé au caniolo ainsi qu'au merlot et aux cabernets.

    Le Brunello Di Montalcino DOCG, provient du Sangiovese grosso. Il est l'un des meilleurs ambassadeurs italiens en termes de qualité et le premier à obtenir le statut DOGC en 1980.

    Cette appelation est organisée autour du village perché de Montalcino, ville forteresse au sud de Sienne. Le vignoble est installé principalement sur les pentes argilo calcaires qui descendent du village, en exposition sud.

    Sous un climat plus sec, le sangiovese (appelé Brunello) fournit seul des vins profonds et riches, il déploie des saveurs de cerises noires et possède une potientalité de garde importante. Il doit être élevé trois ans en fûts.

    Les producteurs de Brunello font aussi des vins sous les DOCs Rosso di Montalcino, un vin plus jeune de Sangiovese.


    Le Vino Nobile Di Montalcino, DOGC, provient des collines au sud est de florence, est l'autre grand vin rouge de toscane. 

    Pas loin de Montalcino se trouve Montepulciano et son Vino Nobile di Montepulciano élaboré à partir d'un clone du Sangiovese appelé Prugnolo Gentile et du canaiolo et du mammolo. Le terroir s'étend autour du superbe village de Montepulciano, perché sur son promontoire allongé nord-sud; il se développe en pentes orientées vers l'est dans les formations sableuses du quaternaires depuis 600 m jusqu'à 250 m d'altitude. Les vins sont rouges sombre, puissants et tanniques et demandent du temps pour s'épanouir.

    Les vignerons produisent également la DOC Rosso di Montepulciano comme une alternative plus jeune au Vino Nobile. 

    Les « Super Toscan »

     Les Super-Toscans, sont des vins fabriqués en Toscane, mais avec un mélange de cépages internationaux et de cépages autochtones.

    Avec le temps, les super-toscans ont fait évoluer la réglementation, ce qui fait, que désormais, certains pourraient rentrer en DOC ou DOCG. Mais les producteurs de ces grands vins semblent hésitants à rentrer dans cette boucle. Leur réputation est désormais assise et peut-être considèrent-il que rentrer dans les DOC serviraient plus à l'appellation qu'à leurs propres productions... 

    Aujourd'hui encore, les super toscans restent parmi les meilleurs vins du monde. Ainsi, le Wine Spectator vient de mettre, dans son TOP 10 de l'année 2007, 2 super-toscans. 

    Citons un domaine d'exception, la Tenuta San Guido, situé à Bolgheri, dans la zone cotière, a connu dans les années 70 et 80 une renommée internationale grâce à la qualité de son grand vin Sassicaia, issu quasi-exclusivement du cépage cabernet-sauvignon importé de Bordeaux, plus précisément du Château Lafite-Rothschild à l'origine.

    Suivant cette exemple, un certain nombre de domaines implantés dans les trois régions viticoles,se sont mis à cultiver des cépages dits « internationaux », c'est-à-dire non autochtones (Cabernet-sauvignon, merlot, syrah, cabernet-franc, chardonnay), soit pour les assembler dans des proportions diverses avec les cépages locaux, soit au contraire pour produire de nouveaux vins issus à 100% de ces nouvelles variétés. Le résultat a dépassé les espérances et fait entrer la Toscane dans l'ère « moderne ».

    La production de vins alternatifs haut de gamme est devenu un facteur essentiel dans l'amélioration générale des vins rouges de Toscane.  On y trouve des mélanges Cabernet Sangiovese et aussi des rouges issus de Merlot, Syrah et Pinot Noir.

    Les « super-toscans » sont maintenant parmi les plus estimés et les plus chers vins rouges d'Italie. Aujourd'hui, ceux qui restent en dehors de zones DOCG/DOC sont généralement sous l'appellation IGT Toscana.

    Les super toscans, dont le nom provient de la critique américaine,  sont devenus un succès commercial. En stimulant la concurrence et en introduisant de nouvelles techniques, tant de production que de techniques marketing, les super toscans ont permis de dynamiser la viticulture italienne, au point mort jusqu'aux années 1980.

    Signalons aussi, le vin Santo,élaboré à partir de grappes à moitié séchées et vieilli en petites barriques de bois, peut être un vin de dessert ou d'apéritif exquis. La plupart des Vins Santo sont faits de cépages riches, essentiellement Malvasia et Trebbiano.


    LE CENTRE EST DE L'ITALIE

    LES MARCHES

    Capitale : Anconia. Les vins rouges des Marches sont basés principalement sur les cépages Sangiovese et Montepulciano, quelquefois mélangés. Le plus important en terme de volume est le Rosso Piceno, dominé par le Sangiovese. Il est issu d'une zone DOC couvrant presque tout le flanc est de la région, s'étirant d'Ascoli Piceno au sud jusqu'à Senigallia au nord d'Ancône le long de l'Adriatique.

    Le Rosso Conero, dominé par le Montepulciano, est encore plus apprécié, grâce à l'engagement de qualité montré par les principaux producteurs. Il est originaire des flancs du massif Conero au sud d'Ancône. Les Rosso Conero et Rosso Piceno sont généralement élaborés pour être dégustés dans les deux à quatre ans alors qu'ils sont encore ronds et frais. Bien que l'on se concentre essentiellement sur les cépages locaux, des résultats récents avec des cépages extérieurs comme le Cabernet Sauvignon, le Merlot, le Chardonnay et le Sauvignon ont montré de grandes promesses sur les collines tempérées des Marches.

     LES ABRUZZES

    Capitale : Aquila. Dans une nation aux si nombreuses appellations, les Abruzzes offrent aux amateurs de vins une grande simplicité. Les deux anciennes DOCs régionales pour le Montepulciano d'Abruzzo et le Trebbiano d'Abruzzo (blanc) ont été complétées par une appellation pour le Controguerra qui peut comprendre une douzaine de cépages.

     Les Abruzzes, qui sont constituées de deux tiers de montagnes et d'un tiers de collines, peut se vanter de disposer de conditions naturelles pour les vignobles extrêmement favorables. Les vignerons favorisent essentiellement le Montepulciano et le Trebbiano, ainsi que des cépages très productifs pour les vins en vrac et de table, et expérimentent par ailleurs des variétés étrangères de manière tout à fait convaincante.

    Dans certaines parties des Abruzzes, notamment dans les coteaux du nord de la province de Teramo (où il peut être appelé Colline Teramane), le Montepulciano devient un rouge d'un caractère irrésistible, plein et même robuste, avec une certaine capacité de vieillissement mais également avec cette indiscutable souplesse qui le rend tout à fait apte à être bu jeune. Dans les terres plus hautes, ou alors issu de vignobles à hauts rendements, les vins tendent à être plus légers.

    LE SUD DE L'ITALIE
    Les Pouilles et la Sicile sont les deux premières régions productrices de vins en volumes.

    LES POUILLES

    Capitale:Bari. Les Pouilles ont accompli une restructuration du vignoble depuis quelques années grâce aux aides européennes. Les primes à l'arrachage et des aides à la restructuration ont permis à cette région d'évoluer vers une production de vins d'un bon rapport qualité-prix.

    Première région productrice, elle représente à elle seule 18% de la production nationale sur un vignoble qui s'étend sur 400 km. Aujourd'hui elle contient 25 DOC. Les DOC représentent 2% de la production d'une région en plein essor, dynamique commercialement et souvent comparée au Languedoc. 

    LA SICILE

    La Sicile, la plus grande île de la Méditerranée, a plus de vignobles que n'importe quelle autre région d'Italie. Cependant, en se concentrant sur la qualité plutôt sur la quantité, la production de vin a récemment diminuée pour être légèrement en deçà de celle de la Vénétie. 

    La Sicile possède également une petite production de vins de qualité avec l'addition récente à la liste des DOC des appellations Contessa Entellina, Eloro, Menfi, Sciacca, Sambuca di Sicilia, Contea di Sclafani et Santa Magherita Belice.

    Pendant longtemps la production de l'île était destinée majoritairement aux insulaires. Il existait peu de viticulteurs spécialisés et la production s'en ressentait.
    Elle compte aujourd'hui une dizaine de DOC et les vins blancs les plus connus et typés proviennent de vignes situées au pied de l'Etna.

    Une grande partie des DOC est représentée par le Marsala, un vin créé il y a deux siècles par les négociants anglais.

    Près de 75% des vins de Sicile sont produits par des coopératives, et un nombre de plus en plus important de domaines privés s'applique à créer des vins de première qualité. Les méthodes d'élevage de la vigne dans les collines ensoleillées et bien tempérées ont été modifiées pour réduire les rendements afin de faire des vins avec un réel caractère et une individualité. Récemment des maisons importantes d'Italie du Nord et du Centre ont investi dans des vignobles sur l'île.

    Les cépages internationaux comme le Chardonnay, Sauvignon Blanc, Cabernet Sauvignon et les Pinots ont montré de vraies promesses. Toutefois certains des meilleurs vins de l'île restent issus des cépages locaux notamment de Nero d'Avola (ou Calabrese), Nerello Mascalese et Perricone (ou Pignatello) pour les rouges. Les producteurs semblent de plus en plus décidés à profiter de l'exceptionnel potentiel qui était déjà admiré il y a des millénaires par les Grecs et les Romains.

     

    Dégustation des vins rouges d’ItalieSéance 1Vins du nord et du centre de l’Italie

    Les vins ont été achetés chez Gianni Sabbatini « Les vins nobles d’Italie » à Quaregnon www.sabbatini.be

    1.      Langhe Rosso 2006 (Piémont)  Langhe DOC - Stroppiana Oreste – Cépage Nebbiolo – 11 €

          Robe sombre; Nez de pruneau avec des séquences empyreumatiques. La bouche est tannique et vive (du type Cahors) mais le fruit est net; plutôt un fruit du type pruneau d'Age. 7.5/10  

    2.      Rosso di Montalcino 2003 DOC (Toscane) – San Lorenzo – Cépage San Giovese – 12€

           Robe sombre; nez de fruits compotés, jus de viande et notes empyreumatiques (cacao, boîte à cigares). La bouche est charpentée, elle a de la mâche mais avec des tanins mûrs et fruités. 8/10 Clin d'oeil

          3.   Lagrein Riserva Taber 2005 - Alto Adige Sud Tirol DOC – Bozen à Bolzano – Cépage Lagrein – 26.4 €

        Nez expressif et racé; cerise,cassis,cacao, pain d'épices et chocolat...une grande variété d'arômes. La bouche est concentrée,élégante,charnue. Les tanins sont enrobés et fruités....Un délice...la classe!!!RigolantRigolant 

    4.      Brunello de Montalcino La Fiorita 2003 - Brunello de Montalcino DOC (Toscane) – La Fiorita – Cépage San Giovese – 32 €

        Le nez est animal et végétal (humus,terreau). La bouche est pointue, astreingente et assez évoluée. 5.5/10 

    5.      Vigna San Giacomo 2003 - Barolo DOCG (Piémont) - La Morra – Cépage Nebbiolo – 25.5 €

        Un nez de pruneau trempé dans l'eau, réglisse , fruit à noyaux et acétone. La bouche se termine rapidement sur une sécheresse un peu acétique. 6/10 

    6.      San Domenico 2002 - Sforzatodi Valtelina DOC (Lombardie ) - Casa Vinicola Triacca – Cépage Nebbiolo – 23 €

          Le nez est alcooleux,végétal (tisane) et rappelle les vins cuits. la bouche est assez acerbe,cuite et très courte. 5/10 

    7.      Volpantena 2005 - Amarone della Valpolicella DOC (Vénétie ) - Corte Figaretto – Cépages Corvina-Rondinella-Oseletta – 28 €

     Le nez est de cerise noire,cacao et moka. La bouche est assez complexe (noisette grillée,cacao,caramel,raisins de corinthe), le tout sur un bel équilibre et une belle fraîcheur....à boire seul en apéritif...il se suffit à lui même. 8/10.Clin d'oeil

     

    Dégustation des vins rouges d’ItalieSéance 2Vins du sud et du centre de l’Italie

    Les vins ont été achetés et conseillés par Gianni Sabbatini « Les vins nobles d’Italie » à Quaregnon www.sabbatini.be

     

    1.      Zaniah 2006  Puglia IGT (Pouilles) Polvanera – Cépage : Primitivo – 9.7 €

     

     

    2.      Ciu Ciu Gottico 2005 Rosso Piceno DOC (Marches) – Ciu Ciu Offida – Cépages San Giovese – Montepulciano 13.3€

     

     

    3.      Ciu Ciu Saggio San Giovese 2004 – Marche IGT (Marches) – Ciu Ciu Offida– Cépage San Giovese – 18 €

     

     

    4.      Baron de Valforte 2005 Colline Terramane - Montepulciano d’Abruzzo DOCG (Abruzzo) – Colla Sale- Cépage Montepulciano – 15.7 €

     

     

    5.      Ciu Ciu oppidium 2002 – Marche IGT (Marches) - La Morra – Cépage Montepulciano – Ciu Ciu Offida – 20.6 €

     

     

    6.      Signoria 2003 - Sicilia IGT (Sicile ) – Barone La Lumia – Cépage Nero d’Avola– 17 €

     

     

    7.      Laurus 2005 - Toscane IGT – La Fiorita – Cépage Merlot – 23 €

     

     

    8.      Quadratura del Cerchio 2006 – Vina de Tavola (Toscane) – Roberto Cipresso – Cépages San Giovese 60% Syrah 40% - 23€

     

     

     

     

     

  • Les photos du WE champenois


    Les photos du WE champenois  24 & 25 octobre 2009

    ça commence fort ....à 7H30 le 24 octobre 2009...chez Jean Louis..."le ptit déj Anniversaire" !!!

    JL3

    JL2

     

    JL1

    La carte de la "Montagne de Reims" au musée du vin de Verzenay.

     

    MontReims1

    Le phare de Verzenay..

     

    Phare

    Au musée du vin à Verzenay.....

    musée

    Visite chez le récoltant - manipulant Denis Bonnet à Oger dans la Côte des Blancs....

    champagne Bonnet

     

    Denis Bonnet nous raconte avec passion sa riche expérience de viticulteur - vinificateur champenois.....Champagne Bonnet 2

    Denis Bonnet dans "ses oeuvres de dégorgement"....champagne Dégorgement

    BG7

    Isabelle séduite par le travail de l'artiste.....BG8

    L'artiste,visiblement satisfait, a terminé son numéro.....BG9

     

    Isabelle à la recherche des arômes de clous de girofle de la cuisine de sa grand-mère dans le rosé de Bonnet - Gilmert......BG10

     

    Myriam prend soin de Bernard.....comme d'habitude...BG 5

    Les bouteilles sur les pupitres....la phase de retournement... BG

    Le remuage automatisé....Champagne pupitre

     

    Quelques bouteilles de 1962 de la "Vinothèque Bonnet-Gilmert"BG1

    Marc est bien sûr intéressé par l'embouteilleuse......Bonnet embouteilleuse2

    Tous réunis pour la séance de dégustation....BG2

    Jean Louis s'impatiente que l'on remplisse les verres...BG3

    BG4

    BG5

    Ladies Bonnet et lady Rosier en grande conversation...BG6

    Le chargement après la phase d'achats.....BG11

    Et on remet le couvert dans le bus vers Epernay....on n'a pas 46 ans tous les jours! Virée suite 2

    Les verres sont à nouveau bien remplis et la bonne humeur monte d'un cran....Virée suite 1

    Au restaurant "Le Théâtre" à Epernay...Champagne De Sousa à l'apéritif...Virée suite 3

    Virée suite4

    Le boss du restaurant,Lieven Vercouteren, passe nous saluer....virée suite 6

     

    LAPEREAU FARCI AUX MORILLES ET RAISIN AU MUSCAT

    Champagne Th 3

    Les champagnes associés au menu.....De Sousa, José Michel,Patrick Soutiran, René Geoffroy, Herbert Beaufort. Champagne Theâtre2

     L'excellent Côteau champenois rouge de René Geoffroy sur le fromage......

    Champagne Geoffroy

    A Mutigny..."Le sentier vigneron"...dimanche matin.

    Z3

    Z7

    Sophie se repose et croque quelques raisins.....Z4

    Z8

    Z5

    Les tourpieds en discussion dans les vignes......Z10

     

    Mutigny

    Un public attentif au discours de la guide du "Sentier du vigneron"....sauf Myriam un peu dissipée....

    Mutigny 2

     

    Les côteaux de la Montagne de Reims sud, entre Mutigny et Ay, ondulés par l'érosion dans leur décor automnal.

    Mtigny Ay

    A la mairie de Mutigny, le Champagne de la "cuvée de Mutigny" avant le repas champenois....

    Z12

    A la santé de Bernadette et de Pierre......Z13

    Z19

     

    Bernard remercie l'organisateur au nom du groupe......

    Z15

    Z16

    Z17

    Z18

    Photos de groupe devant l'église et la mairie de Mutigny.....

    Champagne Groupe

     

     

    Champagne groupe 2

    Le retour chantant avec Xavier à la guitare....

    Champagne retour

     

     

     

     

    WEEK- END EN CHAMPAGNE (24 et 25 octobre 2009)

     Premiere virée œnologique du cercle « La Moinette » de Tourpes. 

    PROGRAMME

    •  Départ de Tourpes le samedi 24 octobre à 8H00 (Autocars Degrève)
    • Arrêt en cours de route pour manger un casse croûte ou quelques sandwiches fourrés dans un restoroute.
    • Visite du «Musée du vin» à Verzenay, village Grand cru de la Montagne de Reims.www.lepharedeverzenay.com

    Le phare de Verzenay, devenu musée, fera découvrir toutes les particularités de la Champagne grâce à un parcours pédagogique avec l'aide d'un audio guide. Cette visite constitue une excellente entrée en matière de la Champagne. (durée : +-1H15)

    • Visite du Domaine Bonnet Gilmet à Oger dans les Côtes de Blancs

    Denis Bonnet, Récoltant Manipulant, possède 5 Ha de superbes vignes dans la Côte des Blancs. Recommandé par Bettane Desseauve (le Guide des meilleurs vins de France) pour ses Champagnes très apéritifs à des prix très raisonnables. Son entrée de gamme « Blanc de Blanc Réserve » est à 14 € la bouteille.(Son tarif ci dessous).http://www.champagne-bonnet-gilmert.com

    Possibilité de se promener dans le village fleuri d'Oger, un des plus beaux villages de France si le temps le permet. 

    Lieven vercouteren, propriétaire du restaurant est comme son nom l'indique d'origine flamande. Il nous propose un menu groupe « Association mets vins » à 36 euros ( + 26 € avec toutes les boissons confondues vins + eaux + Café) dont voici la composition : 

                       Apéritif : Champagne « Blanc de Blanc » De Souza 

    SAUMON ET CHOUCROUTE CUIT EN PAPILLOTE, CHEVRE FRAIS AU BASILIC

                        Champagne « Pur pinot meunier » de José Michel

    ≈≈≈

    LAPEREAU FARCI AUX MORILLES ET RAISIN AU MUSCAT

                        Champagne « Blanc de noirs » de Patrick Soutiran

    ≈≈≈

    ASSIETTE DE FROMAGE DE REGION

      Côteau Champenois rouge

    ≈≈≈

    CHARLOTTE AUX FRUITS DU MOMENT

                        Champagne rosé « Pinot Noir » de Herbert Beaufort 

     

    • Dimanche 25 octobre : départ de l'hôtel Ibis vers 10 heures vers Mutigny.
    • « Le sentier du vigneron à Mutigny » vers 10H30 avec guide suivi d'un repas champenois dans la salle vigneronne de la mairie de Mutigny.

    Parcours pédestre bucolique de 2Km avec un point de vue exceptionnel sur le vignoble qui permettra de découvrir les richesses et caractéristiques du terroir champenois ainsi que les méthodes de travail de la vigne.

    (Menu: petits fours apéritifs + potée champenoise + Salade fromage + Bouchon glacé + café +1 bout de Champagne pour 4 personnes + vin à table)

    Equipez vous de bonnes chaussures et prenez un parapluie au cas où...!!

    • Départ vers Tourpes vers ....16 heures?

     

    Tarif de Bonnet-Gilmert :

                  Cuvée de Réserve Grand Cru  Blanc de Blancs Brut

    -Sélectionnée dans le grand guide des vins de France 2009 BETTANE & DESSEAUVE:Délicieusement frais, apéritif, minéral, avec beaucoup de raffinement dans l'intégration de la bulle, un bien joli apéritif. 

    -Recommandée par le guide DUSSER-GERBER des vins 2010Arômes persistants, bien dosé, alliant distinction et structure, belle cuvée florale, de jolie bouche.

     -GERBELLE & MAURANGELes meilleurs vins à petits prix 2010Un chardonnay qui a de la présence, du volume en bouche et des notes oxydatives qui le rendent moelleux tout en terminant sur des amers.

    Prix:

    La bouteille 75 cl:14 €

    La bouteille 37.5 cl:7.5€

    Magnum: 31€

    Cuvée de Réserve Grand Cru Blanc de Blancs Brut Millésimé 2004

    Sélectionnée dans le grand guide des vins de France 2010 BETTANE & DESSEAUVE:Pâle, pur, tendu et racé, avec une superbe finesse. 

    -Recommandée par le guide DUSSERT-GERBER des vins 2010:De belle robe, aux arômes de fruits et de noix fraîche, dense, de belle mousse persistante, riche, parfumé. Aucune hésitation. 

    -Guide HACHETTE des vins 2010:Se partage entre le pain grillé et la mirabelle.

     

    Précieuse d'Ambroise Grand Cru Blanc de Blancs Brut 

     

    Perle de Rose Rosé de Saignée Brut

     

    Bonnet - Gilmert

    Récoltant - Manipulant

    16, rue de la Côte

    51190 oger 

    Tél : 03 26 59 49 47

    Fax : 03 26 59 00 17

    Email : contact@champagne-bonnet-gilmert.com

    www.champagne-bonnet-gilmert.com

     

     

     

     

    -Sélectionnée dans le magazine « Millésimes 2007 »

    -Recommandée par le guide DUSSERT-GERBER des vins de France  2008  Extrait : Goûtez la perle de rosé, un champagne très équilibré, de belle teinte, tout  en bouche, fruité, aux notes de framboise et de rose, ample en bouche, associant structure et distinction

    Prix: 19 € la bouteille 75 cl

    -Recommandée par le guide DUSSERT-GERBER des vins de France 2010

    -Sélectionnée dans le grand guide des vins de France 2010  BETTANE & DESSEAUVE:On sent un peu le bois mais le vin possède un caractère affirmé et remarquable de terroir. Du vrai grand cru.

     - Guide HACHETTE des vins 2010: Vin qui a connu le bois. Au nez, des arômes d'agrumes s'accompagnent de tons plus mûrs évoquant le caramel au lait. Au palais, on découvre un vin gras et vif, aux nuances beurrées. Un champagne de repas.

    Prix: 33 € la bouteille 75 cl

    Prix: La bouteille 75 cl: 21 €

  • Virée en Champagne - Programme

             WEEK- END EN CHAMPAGNE (24 et 25 octobre 2009)

     Premiere virée œnologique du cercle « La Moinette » de Tourpes. 

    PROGRAMME

    •  Départ de Tourpes le samedi 24 octobre à 8H00 (Autocars Degrève)
    • Arrêt en cours de route pour manger un casse croûte ou quelques sandwiches fourrés dans un restoroute.
    • Visite du «Musée du vin» à Verzenay, village Grand cru de la Montagne de Reims.www.lepharedeverzenay.com

    Le phare de Verzenay, devenu musée, fera découvrir toutes les particularités de la Champagne grâce à un parcours pédagogique avec l'aide d'un audio guide. Cette visite constitue une excellente entrée en matière de la Champagne. (durée : +-1H15)

    • Visite du Domaine Bonnet Gilmet à Oger dans les Côtes de Blancs

    Denis Bonnet, Récoltant Manipulant, possède 5 Ha de superbes vignes dans la Côte des Blancs. Recommandé par Bettane Desseauve (le Guide des meilleurs vins de France) pour ses Champagnes très apéritifs à des prix très raisonnables. Son entrée de gamme « Blanc de Blanc Réserve » est à 14 € la bouteille.(Son tarif ci dessous).http://www.champagne-bonnet-gilmert.com

    Possibilité de se promener dans le village fleuri d'Oger, un des plus beaux villages de France si le temps le permet. 

    Lieven vercouteren, propriétaire du restaurant est comme son nom l'indique d'origine flamande. Il nous propose un menu groupe « Association mets vins » à 36 euros ( + 26 € avec toutes les boissons confondues vins + eaux + Café) dont voici la composition : 

                       Apéritif : Champagne « Blanc de Blanc » De Souza 

    SAUMON ET CHOUCROUTE CUIT EN PAPILLOTE, CHEVRE FRAIS AU BASILIC

                        Champagne « Pur pinot meunier » de José Michel

    ≈≈≈

    LAPEREAU FARCI AUX MORILLES ET RAISIN AU MUSCAT

                        Champagne « Blanc de noirs » de Patrick Soutiran

    ≈≈≈

    ASSIETTE DE FROMAGE DE REGION

      Côteau Champenois rouge

    ≈≈≈

    CHARLOTTE AUX FRUITS DU MOMENT

                        Champagne rosé « Pinot Noir » de Herbert Beaufort 

     

    • Dimanche 25 octobre : départ de l'hôtel Ibis vers 10 heures vers Mutigny.
    • « Le sentier du vigneron à Mutigny » vers 10H30 avec guide suivi d'un repas champenois dans la salle vigneronne de la mairie de Mutigny.

    Parcours pédestre bucolique de 2Km avec un point de vue exceptionnel sur le vignoble qui permettra de découvrir les richesses et caractéristiques du terroir champenois ainsi que les méthodes de travail de la vigne.

    (Menu: petits fours apéritifs + potée champenoise + Salade fromage + Bouchon glacé + café +1 bout de Champagne pour 4 personnes + vin à table)

    Equipez vous de bonnes chaussures et prenez un parapluie au cas où...!!

    • Départ vers Tourpes vers ....16 heures?

     

    Tarif de Bonnet-Gilmert :

                  Cuvée de Réserve Grand Cru  Blanc de Blancs Brut

    -Sélectionnée dans le grand guide des vins de France 2009 BETTANE & DESSEAUVE:Délicieusement frais, apéritif, minéral, avec beaucoup de raffinement dans l'intégration de la bulle, un bien joli apéritif. 

    -Recommandée par le guide DUSSER-GERBER des vins 2010Arômes persistants, bien dosé, alliant distinction et structure, belle cuvée florale, de jolie bouche.

     -GERBELLE & MAURANGELes meilleurs vins à petits prix 2010Un chardonnay qui a de la présence, du volume en bouche et des notes oxydatives qui le rendent moelleux tout en terminant sur des amers.

    Prix:

    La bouteille 75 cl:14 €

    La bouteille 37.5 cl:7.5€

    Magnum: 31€

    Cuvée de Réserve Grand Cru Blanc de Blancs Brut Millésimé 2004

    Sélectionnée dans le grand guide des vins de France 2010 BETTANE & DESSEAUVE:Pâle, pur, tendu et racé, avec une superbe finesse. 

    -Recommandée par le guide DUSSERT-GERBER des vins 2010:De belle robe, aux arômes de fruits et de noix fraîche, dense, de belle mousse persistante, riche, parfumé. Aucune hésitation. 

    -Guide HACHETTE des vins 2010:Se partage entre le pain grillé et la mirabelle.

    Prix: La bouteille 75 cl: 21 €

    Précieuse d'Ambroise Grand Cru Blanc de Blancs Brut 

    -Recommandée par le guide DUSSERT-GERBER des vins de France 2010

    -Sélectionnée dans le grand guide des vins de France 2010  BETTANE & DESSEAUVE:On sent un peu le bois mais le vin possède un caractère affirmé et remarquable de terroir. Du vrai grand cru.

     - Guide HACHETTE des vins 2010: Vin qui a connu le bois. Au nez, des arômes d'agrumes s'accompagnent de tons plus mûrs évoquant le caramel au lait. Au palais, on découvre un vin gras et vif, aux nuances beurrées. Un champagne de repas.

    Prix: 33 € la bouteille 75 cl

    Perle de Rose Rosé de Saignée Brut

    -Sélectionnée dans le magazine « Millésimes 2007 »

    -Recommandée par le guide DUSSERT-GERBER des vins de France  2008  Extrait : Goûtez la perle de rosé, un champagne très équilibré, de belle teinte, tout  en bouche, fruité, aux notes de framboise et de rose, ample en bouche, associant structure et distinction

    Prix: 19 € la bouteille 75 cl

    Bonnet - Gilmert

    Récoltant - Manipulant

    16, rue de la Côte

    51190 oger 

    Tél : 03 26 59 49 47

    Fax : 03 26 59 00 17

    Email : contact@champagne-bonnet-gilmert.com

    www.champagne-bonnet-gilmert.com

     

     

     

  • Le vignoble champenois

    Le vignoble de Champagne

     La Champagne en quelques chiffres

     D'abord, quelques chiffres édifiants qui caractérisent la Champagne...

    • Une bouteille de champagne est débouchée toutes les 2 secondes dans le monde.
    • Nombre d'exploitants : 15099
    • Surface exploitée : 32.178 Ha
    • Les 32000 Ha font vivre 30.000 familles.
    • Nombre de villages : 319. Seules 17 communes ont le droit de s'appeler « Grand Cru »ou« Cru à 100% ».50 communes ont le droit de s'appeler « 1er Cru ».
    • Il faut au moins 5 Ha pour s'installer à son compte et pouvoir y vivre.
    • Le négoce, représenté par 110 Maisons et 150 coopératives, ne possède que 15% des vignobles mais assure 70% de la production, et 92% des exportations.
    • Les 3 cépages du Champagne: Chardonnay :28% / Pinot Meunier : 34%    Pinot Noir : 38%
    • Le rendement maximum, précédemment de 70 hl/ha, est ramené à 65 hl/ha.
    • Le CIVC avait déjà fait en sorte que le Champagne ne puisse être mis en vente avant le premier Noël suivant sa vinification. Désormais, le temps minimum de bouteille est porté à 15 mois.
    • On dénombre plus de 240.000 parcelles allant de quelques centiares à plusieurs hectares.
    • Campagne 2007/2008 : 322.4 millions de bouteilles expédiées.
    • Chiffre d'affaire annuel de ventes se monte autour de 700 à 900 millions d'euros.

     Climat

     La première particularité du terroir champenois est d'être à la limite septentrionale de la culture de la vigne.(Au nord de Reims, on considère qu'il n'est plus possible de produire un raisin à vocation viticole).Sa deuxième originalité est d'être sous l'influence d'un double climat, en majorité océanique mais à tendance continentale. Cela se traduit par un apport d'eau régulière mais aussi la crainte de gelées parfois destructrices en hiver et au printemps (destruction des bourgeons et même des ceps). D'autre part, l'insolation en moyenne est de 1650 h par an contre 2069 en Bordeaux et 1910 à Beaune (et 1558 à Lille).La croissance et le développement de la vigne s'en trouvent limités et la maturation des raisins adaptée à la fraîcheur et à la finesse (liée à une maturation lente) recherchées dans les vins de Champagne. Le climat septentrional apporte au raisin un équilibre acide-sucre idéal pour la prise de mousse.

    Géologie et relief

    Au niveau géologique, on distingue 3 phénomènes importants grâce auxquels la Champagne est ce qu'elle est :

    1.   La Champagne fait partie du bassin parisien, vaste bassin sédimentaire, dans lequel se sont accumulés des dépots marins (alternance de couches de calcaire dures et tendres)pendant plus de 200 millions d'années sur le socle ancien.(-250 MA à -50 MA).

    2.   Sous le poids des couches successives de sédiments, le bassin n'a cessé de s'enfoncer en son centre. Au milieu de l'ère tertiaire (-50 MA), le bassin en coupe géologique se présente comme une pile d'assiettes de grandeurs différentes empilées les unes dans les autres sur un socle ancien très affaisé. Les strates horizontales de sédiments sont donc devenues des strates incurvées, ce qui explique que les sédiments du crétacé supérieur, la craie champenoise (-70 MA) affleure en champagne.

    3.   Ensuite, des mouvements du plissement alpin entraîneront des compressions qui soulèveront davantage les couches de sédiments, entraînant un pendage des couches géologiques  et permettront l'établissement de niches idéales à l'implantation d'un vignoble de qualité. Les auréoles sédimentaires (« les rebords des assiettes »)sont délimitées les unes des autres par des coteaux, les cuestas (Côte de Bar, Côte  de Champagne....) sur lesquels on retrouve les vignobles.

    RTEmagicC_bp-carte-geologique.jpg[1]
     Coupe géologique du bassin parisien:

     

    Coupe-des-couches-sedimentaires-du-Bassin-de-Paris[1].jpg

    Legende.jpg

     

     

    Les sols calcaires

    L'unité des sols de Champagne réside dans le fait que la majorité d'entr'eux sont carbonatés,ce   qui procure à la vigne une irrigation naturelle constante.

    La craie est une roche calcaire : Composée à plus de 90% de CaCO3 (issus de squelettes calcaires d'algues unicellulaires microscopiques). La fraction non-carbonatée très faible comporte du quartz, des petits feldspaths, des micas, des minéraux lourds, de la glauconite, des argiles. La craie donne aux meilleurs coteaux leur blancheur caractéristique.

    A l'origine, lors de la sédimentation en mer chaude ,les dépots d'organismes marins avaient la consistance d'une boue qui, au cours des temps,s'est compactée en expulsant son eau et en se cimentant avec le temps.

    On peut distinguer parmi eux plusieurs types de sols:

    • Les sols développés sur la craie constituent un substrat béni pour la vigne.Sa grande porosité lui confère à la fois un rôle de réservoir hydrique, mais aussi un rôle de régulateur des excès d'eau par ses propriétés drainantes. La craie absorbe l'eau comme uné éponge. La vigne doit donc forcer pour l'absorber ce qui provoque une contrainte hydrique modérée au cours de la saison végétative qui favorise l'équilibre entre les différents acides du fruit, le sucre et les précurseurs d'arômes qui seront dévoilés dans le vin à venir.Les sédiments affleurants sont calcaires à 75% -craies, marnes(argiles calcaires) et calcaires proprement dits.

    Ces sols se rencontrent : dans la partie est de la Montagne de Reims, dans la Côte des  blancs (sud d'Epernay), dans la Côte de Sézanne et dans la région de Vitry le François.

    • Les sols non calcaires où la craie est enfouie en profondeur. Dans ce cas, les sols sont à tendance marneuse, argileuse ou sableuse et datent de l'ère tertiaire. Les marnes sont des argiles calcaires à fortes réserves en éléments nutritifs.

    La Montagne de Reims sur la craie enfouie en profondeur.

    La Vallée de la Marne (à l'ouest de Châtillon-sur-Marne) et les petits massifs autour de Reims (Saint-Thierry, Vallée de l'Ardre et Montagne ouest) sont à tendance marneuse, argileuse ou sableuse. Enfin, la Côte des Bar (Bar-sur-Aube et Bar-sur-Seine) est essentiellement constituée de marnes.

    Le relief : les coteaux

    Le vignoble est suffisamment escarpé et vallonné pour permettre une bonne insolation de la vigne et sa déclivité facilite l'écoulement des excès d'eau.C'est un vignoble de coteaux dont l'image typique est celle de sommets boisés dominant des courbes de terrain plantées de vignes, avec des villages blottis au milieu.La moyenne des pentes est de 12 % mais certaines peuvent atteindre 59 %.

    Ce sont depuis toujours des zones propices à l'implantation des vignes puisqu'une pente bénéficie à rayonnement de soleil égal, de radiations supérieures à celles d'une plaine.

    Ces coteaux sont, de plus,exposés en grande majorité Sud, Sud-Est et Est et donc bénéficient de manière optimale de l'énergie solaire.

    Ces coteaux ont été formés suite au soulèvement de la partie Nord et Est du Bassin parisien lorsque celui-ci s'est affaissé en son centre sous le poids des sédiments.

    L'érosion a ensuite modelé le relief, notamment pendant les périodes glaciaires où les alternances de gel et de dégel ont fragmenté les roches calcaires, gommant les reliefs les plus escarpés pour les transformer en douces ondulations.

    D'autre part, la Marne et ses affluents ont creusé des entailles dans les coteaux, créant là aussi un  relief favorable à l'installation de la vigne (vallée de la Marne,de la Vesle, de l'Ardre, de l'Aube, du Surmelin, etc)

    Conclusion : les 3 composantes majeures- climat,sous-sol,relief- créent une combinaison spécifique mais à géométrie variable. Il y a presque autant de combinaisons que d'ares en Champagne, une mosaïque de micro-terroirs.

    Les 4 grandes régions de la Champagne

     

     

     

    Champagne

    Il existe 4 principales zones de production de raisins qui regroupent les 17 terroirs de champagne.

    • La Montagne de Reims (département de la Marne) : La Grande Montagne de Reims est un vaste plateau entre Reims et Epernay recouvert de forêts. Majoritairement exposés au sud, les coteaux sont implantés sur des sols dont la craie est profondément enfouie. Dix villages sont à Grand Cru 100%.
    • Vallée de la Marne (Marne, Aisne et Seine-et-Marne) : En se creusant un passage dans la Côte de l'Ile de France (cuesta), la Marne et ses affluents ont sculpté une superbe vallée. et découvrant des coteaux propices à la culture de la vigne. La craie reste présente sur la partie est tandis qu'elle s'enfonce plus profondément à l'ouest et les sols deviennent plus gras argilo-marneux. Le vignoble est implanté sur les deux rives ainsi que sur les côteaux bien exposés des affluents. Le cépage dominant est le pinot meunier à l'ouest et le pinot noir à l'est. Deux villages sont classés Grand Cru 100%.
    • Côte des blancs et le Sézannais (Marne) : Au sud d'Epernay, la Côte des Blancs s'étend sur 30 Km de long sur une dizaine de large. C'est la région des champagnes « Blanc de Blancs » cad les champagnes élaborés uniquement à partir du cépage Chardonnay, cépage qui recouvre plus de 95% des surfaces de vignes.Le  chardonnay requiert un régime hydrique régulier. La craie affleurante y est partout, véritable réservoir d'eau et de chaleur des sous-sols. Il est exposé à l'est. La Côte des blancs donne naissance à des champagnes d'apéritif, empreints de vivacité , aux arômes floraux, légers et délicats, symboles de finesse et d'élégance. Les vins de champagne de chardonnay présentent à la dégustation des caractères qui vont varier selon le terroir. Six villages sont Grand Cru 100%.
    • La Côte de Bar et de Montgueux (Vignoble de l'Aube): est situé sur la cuesta suivante, 100 Km plus loin au climat plus continental. Les sous-sols à tendance marneuse y sont principalement plantés de pinot noir.

    Le classement des crus de Champagne

    La Champagne compte 319 villages viticoles.

    Les terroirs champenois sont classés en trois catégories, terroirs non classés, terroirs « premier cru » et les autres qui donnent des champagnes « Grand Cru ». Ce % représente tout simplement le prix du Kg de raisin par rapport à l'absolu cad le raisin de grand cru.

    Seules 17 communes ont le droit de s'appeler « Grand Cru » ou « Cru à 100% ». (5% de la superficie).

    50 communes ont le droit de s'appeler « Premier Cru » et sont classées selon une échelle de 90 à 99%.(17% de la superficie).

    Les autres communes sont hiérarchisées selon un barême de 80 à 89%.(69% de la superficie)

    Les champagnes dont les raisins proviennent de ces communes sont appelés « Champagne » tout simplement. C'est la dénomination la plus utilisée.

    Ce coefficient est établi en fonction de la qualité des raisins, de leur maturité, de leur exposition, du sous-sol, des coteaux,...

    Ce % représente tout simplement le prix du Kg de raisin par rapport à l'absolu cad le raisin de grand cru ; le prix du kilo en 2007 était fixé à 6€. A noter que la Champagne est l'unique territoire où l'on s'exprime en kilo de raisin et non en hectolitre.

     Les cépages

    • Chardonnay : seul cépage blanc autorisé en Champagne (26% de la surface plantée). Jeune, ses qualités aromatiques se distinguent par des notes florales (aubépine, acacia) et fruitées (pomme, poire). Il apporte à l'assemblage fraîcheur, légéreté et finesse. Un champagne exclusivement élaboré à partir de ce cépage, que l'on retrouve dans la région des Côtes des Blancs, est appelé « Blanc de Blancs ». Il requiert un régime hydrique régulier, il se plaît particulièrement sur les sols de craie.
    • Pinot Noir : raisin noir à pulpe incolore, 37% de la surface plantée, donnant toutefois un jus blanc car les peaux n'ont pas le temps de teinter le jus lors du pressage et qui donne un vin corsé, charpenté et au bouquet fin. Les chefs de cave le recherchent pour donner volume,charpente et rondeur à leur cuvée. Il est généralement le cépage des Champagne rosés. Les sols plus profonds développés sur craie lui conviennent ainsi que les terroirs peu humides et bien exposés.
    • Pinot Meunier : raisin noir à pulpe incolore lui aussi, un peu plus tardif que le pinot noir, 37% de la surface plantée, qui donne un vin proche du pinot noir mais plus souple et plus fruité et une aptitude de garde plus réduite. Ne craint pas les terroirs moins bien exposés et en particulier les pentes plus ardues de la vallée de la Marne.

    Rendement : 160 kilogrammes de raisin produisent 102 litres de moût, qui après les pertes en vinification (1,5 %) et au dégorgement (0,5 %), donneront 100 litres de vin commercialisable, soit 133 bouteilles de 75 cl.

    La règle de l'étiquette

    On peut lire sur une étiquette de champagne la marque, le nom de l'élaborateur, le dosage (brut, sec, zéro dosage, etc.), le millésime - ou en son absence, la commune d'origine des raisins, et parfois la cotation qualitative des raisins : « grand cru » pour les dix-sept communes qui ont le droit à ce titre ou « premier cru » pour les quarante et une autres. Le statut professionnel du producteur est obligatoire et se traduit par les caractères suivants :

    • NM: Négociant manipulant.

    * La majorité possède des vignobles, mais ils achètent aussi des raisins, des moûts, des vins clairs, des bouteilles achevées ou non.

    * Il commercialise son Champagne (c'est le coté négociant)

    * mais il procède lui-même, dans ses locaux, pour son propre compte ou pour le compte de tiers, à l'élaboration de vins de

    champagne et à leur présentation en bouteilles habillées propres à la commercialisation. Ex : Moët, Krug,Taittinger....etc

    • RM: Récoltant manipulant.

    * Il cultive ses vignes (récoltant)

    * Il vinifie ses moûts.(Manipulant)

    * Il commercialise ses propres bouteilles issues de sa récolte.

    Ce sont les seuls « petits producteurs ». Ils ont droit à la dénomination « champagne de vigneron » dans la limite de 15.500 kgs par hectare. Ils proposent toujours des vins de crus exprimant la typicité particulière de leur village.

    • CM: Coopérative de manipulation.

    * Les adhérents de la coopératives cultivent les vignes.

    * La coopérative élabore le Champagne en classant les vendanges par commune et par cépages.

    * Elle revend sous sa marque.

    * Les coopératives peuvent aussi alimenter le négoce. 

    • RC: Récoltant coopérateur. 

    * Il cultive ses vignes

    * La coopérative vinifie.

    * Le coopérateur commercialise les bouteilles qu'il reprend (tout ou partiellement) à la coopérative.

    • SR: Société de récoltants qui mettent en commun du matériel (pressoir, cuverie...). Assez rare, le plus souvent familiale, elle élabore et commercialise en commun.
    • ND: Négociant distributeur. C'est un négociant qui achète des bouteilles terminées à d'autres opérateurs, et les commercialise sous sa propre marque.
    • MA: Marque d'acheteur. Un commercialisateur a demandé à un négociant d'apposer sa propre marque sur des bouteilles qu'il a achetées. Ce procédé permet tous les abus....! Ces MA sont principalement les grandes enseignes de distribution qui se sont "inventés" des noms de fantaisie, à apparence généalogique ronflante. Pour une quantité substancielle (de l'ordre de 10 000 bouteilles par an), vous pourriez, vous aussi, avoir votre champagne à votre nom, qui serait une marque auxilliaire de votre fournisseur.

    Les particularités de la vinification champenoise

    Vendange :

    • Machine à vendanger interdite
    • Transport des raisins en caissettes à fond percé de 40 à 50 Kgs sur couche de 30 à 40 cm.

    Le pressurage champenois

    La méthode champenoise consiste à isoler au moment du pressurage les différents jus qui peuvent être extraits du grain de raisin cueilli par grappe entière.

    • 100 caisses de 40 Kgs remplissent un marc de 4000 Kgs sous le pressoir horizontal ou mieux actuellement: le pressoir pneumatique.

    Un marc = 4000 Kgs = unité de mesure d'un lot de pressurage champenois.

    Le pressurage se divise en fractions :

    • 1ère fraction: +- 100 litres.Le 1er jus qui coule a un effet de lavage de la vendange. Il est oxydé, donne un volume important de bourbes et a des propriétés anti moussantes.
    • 2ème fraction: 1800 litres = La Cuvée.La cuvée est fractionnée en 2 ou3 fois (les retrousses) et s'effectue à la pression de 1 Kg/cm².

    La retrousse consiste en un arrêt de pressage pendant lequel on émiette le gâteau du marc. Après chaque retrousse, les 100 ers litres sont écartés car ils présentent les mêmes caractéristiques que la 1ère fraction.

    Pendant cette seconde fraction, les grains libèrent un jus situé au centre des baies de raisin qui a une richesse élevée en sucre, en acides et en précurseurs d'arômes et qui a de fortes propriétés de moussabilité.

    • 3ème fraction: 1ère taille = +- 400 litres à la pression de 1.2 Kgs/cm².

    On extrait durant cette phase le jus des vacuoles de la peau et de la partie centrale du raisin. La composition du jus s'enrichit progressivement de tous les éléments qualitatifs à savire : les colorants de la peau des cépages rouges, un taux élevé d'oligoéléments, matières oxydables, astreingentes, herbacées...et a une faible moussabilité.

    • 4ème fraction: 2ème taille = +- 200 l

    A la pression de 1.4 Kgs/cm², l'extraction des éléments défavorables se poursuit. Elles ne peuvent pas être utilisées pour la champagnisation.

    Disponibilté totale des moûts après pressurage :

    Un marc de 400 Kgs = 100 l de 1ère fraction + 1850 l de Cuvée + 100 l de retrousses + 410 l de 1ère taille = 2460 l soit un rendement de 62% du poids de raisin = volume de moût.

    L'assemblage

    L'assemblage est l'art de créer un vin supérieur à la somme des premiers.

          Le chef de cave a pour abjectif de perpétuer les caractéristiques d'années en années afin que l'on puisse parler d'un « style-maison ». L'assemblage comprend les vins de cuvée, de taille et ceux de réserve.

    La prise de mousse

           Après la fermentation alcoolique, la fermentation malo lactique, la clarification  et la stabilisation, les vins sont prêts pour le « tirage » ou la seconde fermentation en bouteilles.

           On ajoute au vin la « liqueur de tirage » qui contient du sucre (+- 24g/litre) + des levures + des adjuvants de fermentation et de clarification pour une fermentation en bouteilles de 6 à 8 semaines à basse température (12°C).

           Il y a formation d'environ 1.3% en volume d'alcool et 12 g de CO2 produisant une pression de 6 à 8 bar.(la bouteille peut résister à 20 bar).

           Le vin est ensuite conservé « sur lattes » pour « la maturation sur lies », en bouteilles couchées horizontalement, pendant plusieurs mois durant lequel il s'enrichit en composés aromatiques et sapides issus de la dégradation des levures inactives.

    Le mécanisme de l'autolyse des levures durant la maturation sur lies

          A l'issue dela fermentation alcoolique, les levures meurent rapidement, en l'absence de nutriments énergétiques.
          Leur contenu est alors dégradé (hydrolysé) par des enzymes cellulaires. Il traverse la paroi des cellules et diffuse dans le vin.

          Les principaux composés libérés par les levures au cours de l'autolyse sont :

              - Des composés azotés : la levure excrète principalement des acides aminés et des peptides. L'enrichissement en azote d'un vin élevé sur ses lies peut être supérieur à 100 mg/l. Ces composés azotés contribuent à l'amélioration du caractère moussant du champagne.

              - Des macromolécules : la paroi de la levure dégradée par l'autolyse, est constituée de mannoprotéines. Ces macromolécules participent à la sensation de rondeur, de gras du vin.

              - Des composés aromatiques : la levure en fin de fermentation alcoolique contient des composés volatils, facilement libérés dans le vin.Ceux ci contribuent au caractère fruité et floral des vins jeunes.

              - Des lipides: constitutifs de la membrane cellulaire des levures, les lipides sont libérés rapidement au cours de l'autolyse.
              - Des nucléotides : les acides nucléiques de la levure (acide ribonucléique ou ARN, et acide désoxyribonucléique ou ADN) sont hydrolysés après la mort de la cellule. Libérés dans le vin, ils l'enrichissent en nucléotides.

    Ce séjour sur lies peut durer des années et est important pour la qualité finale du vin, dont la finesse et la stabilité des bulles (Présence de macromolécules issues des levures autolysées qui ont pour effet de stabiliser les bulles et de permettre ainsi la formation de la mousse).

    La législation fixe des durées minimales:

    • Les vins ne peuvent être tirés en bouteilles quà partir du mois de janvier suivant la rècolte des raisins.
    • Il doit s'écouler au moins 15 mois entre le tirage et l'expédition dont 12 mois obligatoirement sur lies (3 ans pour les millésimés); mais en réalité de délai légal est dans la réalité beaucoup plus long: en moyenne 2-3 ans pour les non millésimés et 4-10 ans pour les millésimés.

    Le « remuage » qui suit consiste à faire descendre progressivement le dépôt de levures dans le col de la bouteille pour pouvoir l'expulser, après congélation du col, lors du dégorgement.  L'opération traditionnelle est manuelle mais de plus en plus automatisée grâce au « gyro palette », ce qui ramène le délai de l'opération à 2 semaines max.

    Le dépôt ainsi rassemblé est éliminé par « dégorgement » en plongeant le goulot dans une solution congelante à -25°C.En ouvrant la bouteille, la pression éjecte le dépôt.

    Ce dépôt dégorgé est remplacé par un petit volume de « liqueur d'expédition » qui détermine la catégorie du Champagne (brut, dry, sec, doux...).

    Les vins de réserve

    Pour contrebalancer les variations de typicité, de maturité et de quantité de la vendange, les champenois conservent chaque année une partie de la récolte présentant un bon potentiel d'évolution. Ces vins de réserve sont utilisés dans la plupart des assemblages, à la seule exception des cuvées millésimées.

    Leur rôle est de pérenniser le style de chaque cuvée d'une année à l'autre. Ils sont conservés environ 2-3 années, parfois sur lie, généralement dans des cuves à 12°C à l'abri de l'oxygène. Mais ils apportent aussi une assise à l'assemblage par leur caractère plus mûr de vins évolués.

    Le % de vins de réserve peut parfois atteindre 40% de l'assemblage. Il est donc difficile de donner un âge précis à ces Champagnes dits non millésimés.

    Le vieillissement

    Pour les très grands vins, 2 types de vieillissement sont pratiqués :

    • Le vieillissement de vins non dégorgés que l'on laisse vieillir sur lies, avec leur bouchage capsule ou liège, dans les caves champenoises.
    •  Le vieillissement de vins dégorgés et dosés, avec leur bouchage liège définitif, dans les caves champenoises.

     Le type de vieillissement aura une influence sur le goût du vin et sur son effervescence. 

    La procédure d'extension

    Depuis 2003, une procédure visant à l'extension de la délimitation de l'appellation a été lancée, cette nouvelle aire devrait être établie d'ici environ 10 ans.

    Cette procédure, dont le but est d'intégrer dans l'aire de production du vin de champagne quelques parcelles dûment certifiées d'une quarantaine de nouveaux villages, fait appel aux expertises des historiens pour rechercher des pratiques viticoles anciennes et à celles des géologues pour rechercher les parcelles concernées soit par les marnes du kimméridgien, les craies blanches du campanien ou les sédiments du paléocène toutes terres qui doivent fonder le sous-sol des terres champenoises dignes de porter la vigne noble.

    La désignation des parcelles devrait se faire à partir de 2009 avec le décret du Conseil d'État entérinant la nouvelle géographie des parcelles supplémentaires. La profession espère ainsi créer 2 à 3 000 nouveaux hectares en vignobles champenois. À 800 000 euros l'hectare, ce chantier devrait ouvrir une période de recours et de chicanes judiciaires - certaines parcelles se sont vendues dernièrement à près de 1,1 million d'euros. De ce fait ni les habitants, ni les autorités locales n'auront connaissance des localisations des parcelles ni de leur étendue, avant la validation par l'Institut national des appellation d'origine. Selon le CIVC : « Transformer des hectares de blé en hectare de vigne, c'est multiplier par 350 la valeur d'une parcelle cultivable ». Dans les villages, il se murmure qu'à ces prix là, si le cimetière est installé sur une parcelle intéressante, il ne faut pas hésiter à le déplacer.

    Les premières vignes des nouvelles parcelles devraient être plantées vers 2015, pour une première petite récolte deux ans après. De plus certains villages déjà aujourd'hui sous appellation pourront voir leurs surfaces s'agrandir.

    Prix des vignobles

    En 2006, l'hectare s'est échangé en moyenne à 627 000 euros.(En 2008, l'hectare de vigne s'est négocié autour d'un million d'euros.

    Critères de qualité d'un champagne

    • L'aspect visuel des bulles: Dans les meilleurs champagnes, les bulles sont petites et montent en colonnes ininterrompues depuis le fond du verre. Lorsque les bulles sont grosses et apparaissent de manière aléatoire, c'est un indice de faible qualité. Si vous ne voyez pas de bulles, soit le verre est parfaitement lisse et propre (plutôt rare), soit le vin est défectueux.
    • Le goût des bulles dans la bouche: Plus le champagne est fin moins les bulles vont sembler agressives en bouche. il ne faut pas que les bulles vous rappellent une boisson gazeuse.
    • La texture: Les champagnes produits selon la méthode traditionnelle devraient offrir une certaines épaisseur par suite d'une longue maturation sur lies.